Lors d'une manifestation de "gilets jaunes" rassemblés près de l'usine Total à Feluy, le 20 novembre 2018, l'homme avait été interviewé par une équipe de la RTBF. Il avait alors déclaré: "Faut nous aider ou alors on va s'aider nous-mêmes. On n'a que ça à faire. C'est foutre le feu à tout, tout casser pour qu'ils comprennent". À la suite de ces propos, il avait été interpellé à son domicile de Manage. Il avait ensuite été placé pendant 24h00 en garde à vue. Son procès, qui fait l'objet d'une procédure accélérée, se tenait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Lors de l'audience, son avocat, Me David Gelay, a plaidé pour un acquittement. Il veut que son client soit dissocié des actes violents menés par d'autres manifestants. Le jugement est attendu le 6 février prochain. (Belga)

Lors d'une manifestation de "gilets jaunes" rassemblés près de l'usine Total à Feluy, le 20 novembre 2018, l'homme avait été interviewé par une équipe de la RTBF. Il avait alors déclaré: "Faut nous aider ou alors on va s'aider nous-mêmes. On n'a que ça à faire. C'est foutre le feu à tout, tout casser pour qu'ils comprennent". À la suite de ces propos, il avait été interpellé à son domicile de Manage. Il avait ensuite été placé pendant 24h00 en garde à vue. Son procès, qui fait l'objet d'une procédure accélérée, se tenait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Lors de l'audience, son avocat, Me David Gelay, a plaidé pour un acquittement. Il veut que son client soit dissocié des actes violents menés par d'autres manifestants. Le jugement est attendu le 6 février prochain. (Belga)