Le 21 novembre dernier, la manifestation "Ensemble pour la liberté" contre l'introduction du pas sanitaire a rassemblé quelque 35.000 participants. Bien que la majeure partie d'entre eux a manifesté pacifiquement, des émeutes ont éclaté au cours de la marche. La police a ainsi dû faire usage des canons à eau et de gaz lacrymogène après que des manifestants se soient mis à lancer des feux d'artifice et d'autres projectiles en leur direction. Ils ont ensuite incendié des containers, des poubelles et des palettes. Un supermarché a également été pillé. Au total, la police a arrêté 45 personnes. 42 d'entre elles ont fait l'objet d'une arrestation administrative, tandis que les trois autres personnes ont été arrêtées judiciairement. Le premier des trois inculpés a été relâché, alors que le deuxième a été placé sous mandat d'arrêt mais a été entre-temps libéré sous conditions. Le troisième inculpé, quant à lui, a été cité à comparaitre devant le tribunal correctionnel. Il s'agit d'un homme originaire de Gand et déjà connu pour des actes de rébellion. Mardi, les autorités judiciaires bruxelloises ont émis un avis de recherche à l'encontre de 19 autres personnes, présumées impliquées dans ces émeutes. Mercredi, sept personnes ont déjà pu être identifiées. (Belga)

Le 21 novembre dernier, la manifestation "Ensemble pour la liberté" contre l'introduction du pas sanitaire a rassemblé quelque 35.000 participants. Bien que la majeure partie d'entre eux a manifesté pacifiquement, des émeutes ont éclaté au cours de la marche. La police a ainsi dû faire usage des canons à eau et de gaz lacrymogène après que des manifestants se soient mis à lancer des feux d'artifice et d'autres projectiles en leur direction. Ils ont ensuite incendié des containers, des poubelles et des palettes. Un supermarché a également été pillé. Au total, la police a arrêté 45 personnes. 42 d'entre elles ont fait l'objet d'une arrestation administrative, tandis que les trois autres personnes ont été arrêtées judiciairement. Le premier des trois inculpés a été relâché, alors que le deuxième a été placé sous mandat d'arrêt mais a été entre-temps libéré sous conditions. Le troisième inculpé, quant à lui, a été cité à comparaitre devant le tribunal correctionnel. Il s'agit d'un homme originaire de Gand et déjà connu pour des actes de rébellion. Mardi, les autorités judiciaires bruxelloises ont émis un avis de recherche à l'encontre de 19 autres personnes, présumées impliquées dans ces émeutes. Mercredi, sept personnes ont déjà pu être identifiées. (Belga)