"Le prévenu a clairement visé le visage du policier, il n'y a donc aucun doute sur son intention de tuer", a estimé le procureur. Du côté de la défense, l'intention a été contestée. "Il était totalement aveuglé par le spray au poivre, il voulait juste s'enfuir", a soutenu l'avocat du prévenu, parlant d'un coup de couteau accidentel. Il a plaidé la disqualification de tentative de meurtre en coups et blessures et demandé la suspension du prononcé, voire une peine de prison avec sursis. Le 17 septembre dernier, des agents de police avaient procédé à une opération de contrôle au parc Maximilien, près de la gare du Nord à Bruxelles. Ils avaient réveillé un homme qui dormait afin d'obtenir son identité. Celui-ci avait alors extirpé un couteau. Les policiers l'avaient sommé de le lâcher et avaient fait usage d'une bombe lacrymogène. Mais le suspect n'avait pas obtempéré et avait attaqué un des policiers, le blessant légèrement à la tête. Un autre agent avait alors tiré avec son arme à feu à trois reprises sur l'agresseur. Touché à la poitrine et à la jambe, ce dernier avait été emmené à l'hôpital dans un état critique mais avait survécu à ses blessures. (Belga)

"Le prévenu a clairement visé le visage du policier, il n'y a donc aucun doute sur son intention de tuer", a estimé le procureur. Du côté de la défense, l'intention a été contestée. "Il était totalement aveuglé par le spray au poivre, il voulait juste s'enfuir", a soutenu l'avocat du prévenu, parlant d'un coup de couteau accidentel. Il a plaidé la disqualification de tentative de meurtre en coups et blessures et demandé la suspension du prononcé, voire une peine de prison avec sursis. Le 17 septembre dernier, des agents de police avaient procédé à une opération de contrôle au parc Maximilien, près de la gare du Nord à Bruxelles. Ils avaient réveillé un homme qui dormait afin d'obtenir son identité. Celui-ci avait alors extirpé un couteau. Les policiers l'avaient sommé de le lâcher et avaient fait usage d'une bombe lacrymogène. Mais le suspect n'avait pas obtempéré et avait attaqué un des policiers, le blessant légèrement à la tête. Un autre agent avait alors tiré avec son arme à feu à trois reprises sur l'agresseur. Touché à la poitrine et à la jambe, ce dernier avait été emmené à l'hôpital dans un état critique mais avait survécu à ses blessures. (Belga)