La démission mardi du gouvernement fédéral avait cause des doutes sur l'entrée en vigueur de la dernière phase du glissement fiscal. "Il n'en est rien", a assuré l'entourage de M. De Croo (Open Vld). "Ce n'est pas couplé à la confection du budget" pour lequel la Chambre a approuvé une loi de finances qui permet d'assurer la continuité des services de l'Etat, de janvier à mars, en recourant à une première tranche de douzièmes provisoires pour le premier trimestre 2019, a-t-on ajouté de même source.

Le taxshift a été introduit par le gouvernement Michel 1er afin d'augmenter, en plusieurs phases, étalées sur les années 2016 à 2019, le revenu net pour les travailleurs et ainsi leur pouvoir d'achat, ainsi que de favoriser la création d'emplois par une baisse des cotisations sociales. Le dernier volet des mesures d'augmentation du pouvoir d'achat des travailleurs entrera dès lors en vigueur le 1er janvier 2019, selon le cabinet de M. De Croo, qui est également vice-Premier ministre.

La démission mardi du gouvernement fédéral avait cause des doutes sur l'entrée en vigueur de la dernière phase du glissement fiscal. "Il n'en est rien", a assuré l'entourage de M. De Croo (Open Vld). "Ce n'est pas couplé à la confection du budget" pour lequel la Chambre a approuvé une loi de finances qui permet d'assurer la continuité des services de l'Etat, de janvier à mars, en recourant à une première tranche de douzièmes provisoires pour le premier trimestre 2019, a-t-on ajouté de même source. Le taxshift a été introduit par le gouvernement Michel 1er afin d'augmenter, en plusieurs phases, étalées sur les années 2016 à 2019, le revenu net pour les travailleurs et ainsi leur pouvoir d'achat, ainsi que de favoriser la création d'emplois par une baisse des cotisations sociales. Le dernier volet des mesures d'augmentation du pouvoir d'achat des travailleurs entrera dès lors en vigueur le 1er janvier 2019, selon le cabinet de M. De Croo, qui est également vice-Premier ministre.