La taxe sur les transactions financières, qui prévoit un prélèvement minime sur chaque transaction, est négociée depuis 2013 par dix pays européens. Le but affiché actuellement est de prévoir une taxe de 0,1% sur les transactions en actions et obligations et de 0,01% sur les produits dérivés. Les Etats membres ne sont toutefois pas d'accord sur les conditions. La réunion de ce mardi s'est déroulée dans une atmosphère constructive, selon le ministre belge. "Un certain nombre de points techniques ont été abordés, entre autres l'exemption pour les fonds de pension. La protection de ces fonds figure dans l'accord fédéral de gouvernement. Il est très important pour moi que les pensions des gens soient sauvegardées", a-t-il souligné. Une exemption complète pour ces fonds a été évoquée lors de la rencontre. Une alternative serait d'offrir la possibilité à certains pays de bénéficier d'une clause d'exemption à ce sujet. "Plusieurs Etats ont demandé de rester attentifs au contexte économique international actuellement volatile, en raison entre autres du Brexit et des possibles nouvelles régulations financières aux Etats-Unis", a commenté M. Van Overtveldt. Fin mars, ce dernier est ses collègues allemand, français, autrichien, italien, espagnol, grec, portugais, slovène et slovaque se pencheront à nouveau sur la taxe Tobin. Une analyse technique sur les effets pour l'économie réelle et les fonds de pension sera menée d'ici là. (Belga)

La taxe sur les transactions financières, qui prévoit un prélèvement minime sur chaque transaction, est négociée depuis 2013 par dix pays européens. Le but affiché actuellement est de prévoir une taxe de 0,1% sur les transactions en actions et obligations et de 0,01% sur les produits dérivés. Les Etats membres ne sont toutefois pas d'accord sur les conditions. La réunion de ce mardi s'est déroulée dans une atmosphère constructive, selon le ministre belge. "Un certain nombre de points techniques ont été abordés, entre autres l'exemption pour les fonds de pension. La protection de ces fonds figure dans l'accord fédéral de gouvernement. Il est très important pour moi que les pensions des gens soient sauvegardées", a-t-il souligné. Une exemption complète pour ces fonds a été évoquée lors de la rencontre. Une alternative serait d'offrir la possibilité à certains pays de bénéficier d'une clause d'exemption à ce sujet. "Plusieurs Etats ont demandé de rester attentifs au contexte économique international actuellement volatile, en raison entre autres du Brexit et des possibles nouvelles régulations financières aux Etats-Unis", a commenté M. Van Overtveldt. Fin mars, ce dernier est ses collègues allemand, français, autrichien, italien, espagnol, grec, portugais, slovène et slovaque se pencheront à nouveau sur la taxe Tobin. Une analyse technique sur les effets pour l'économie réelle et les fonds de pension sera menée d'ici là. (Belga)