Après de multiples rebondissements et de longues tractations entre partenaires de la majorité, ce tarif prosumer - que la CWApE entend imposer aux détenteurs de panneaux photovoltaïques pour couvrir leur utilisation du réseau - est gelé jusqu'au 1er octobre prochain. Le 3 mai, l'exécutif régional s'était toutefois accordé sur un montant de 200 millions d'euros destiné à compenser partiellement et temporairement cette redevance. Mais dans ses calculs, le MR, farouche opposant au tarif prosumer, avait malencontreusement oublié la TVA de 21%, rapportait jeudi matin le journal 'L'Echo'. C'est donc finalement un budget de 242 millions d'euros sur lequel s'est entendue jeudi matin la majorité régionale. Concrètement, les détenteurs de panneaux photovoltaïques recevront un soutien pour l'électricité non autoconsommée qui couvrira 100% de la redevance prosumer pour 2020 et 2021. Pour les années 2022 et 2023, ce soutien sera réduit à 50% et constituera donc un incitant pour augmenter le taux d'autoconsommation. Au-delà de 2023, une nouvelle période tarifaire débutera et plus aucun soutien ne sera proposé. Les prosumers qui voudront faire constater l'augmentation effective de leur taux d'autoconsommation devront alors demander le placement d'un compteur double flux. Le coût de l'installation de ce compteur, tout comme le coût du soutien à l'électricité non autoconsommée, sera supporté par le budget de la Région, ce qui permettra de ne pas peser sur la facture d'électricité des autres consommateurs, a détaillé le ministre wallon de l'Energie, Philippe Henry (Ecolo). Ce dernier finalise par ailleurs un soutien en termes d'outil d'aide à la décision et de primes pour des équipements de monitoring et de pilotage dont pourront bénéficier l'ensemble des consommateurs d'électricité. Ces outils aideront bien sûr les prosumers à mieux autoconsommer, mais aussi tous les consommateurs d'électricité à adapter leur comportement pour faciliter la transition énergétique et utiliser de préférence cette électricité quand elle est abondante et bon marché. "L'ambition ici est de favoriser les producteurs d'électricité d'origine renouvelable, en évitant des investissements non indispensables sur le réseau et en contenant la facture d'électricité de tous les clients", a précisé le ministre. Toutes ces propositions devraient être concrétisées "très prochainement", a enfin assuré M. Henry. (Belga)

Après de multiples rebondissements et de longues tractations entre partenaires de la majorité, ce tarif prosumer - que la CWApE entend imposer aux détenteurs de panneaux photovoltaïques pour couvrir leur utilisation du réseau - est gelé jusqu'au 1er octobre prochain. Le 3 mai, l'exécutif régional s'était toutefois accordé sur un montant de 200 millions d'euros destiné à compenser partiellement et temporairement cette redevance. Mais dans ses calculs, le MR, farouche opposant au tarif prosumer, avait malencontreusement oublié la TVA de 21%, rapportait jeudi matin le journal 'L'Echo'. C'est donc finalement un budget de 242 millions d'euros sur lequel s'est entendue jeudi matin la majorité régionale. Concrètement, les détenteurs de panneaux photovoltaïques recevront un soutien pour l'électricité non autoconsommée qui couvrira 100% de la redevance prosumer pour 2020 et 2021. Pour les années 2022 et 2023, ce soutien sera réduit à 50% et constituera donc un incitant pour augmenter le taux d'autoconsommation. Au-delà de 2023, une nouvelle période tarifaire débutera et plus aucun soutien ne sera proposé. Les prosumers qui voudront faire constater l'augmentation effective de leur taux d'autoconsommation devront alors demander le placement d'un compteur double flux. Le coût de l'installation de ce compteur, tout comme le coût du soutien à l'électricité non autoconsommée, sera supporté par le budget de la Région, ce qui permettra de ne pas peser sur la facture d'électricité des autres consommateurs, a détaillé le ministre wallon de l'Energie, Philippe Henry (Ecolo). Ce dernier finalise par ailleurs un soutien en termes d'outil d'aide à la décision et de primes pour des équipements de monitoring et de pilotage dont pourront bénéficier l'ensemble des consommateurs d'électricité. Ces outils aideront bien sûr les prosumers à mieux autoconsommer, mais aussi tous les consommateurs d'électricité à adapter leur comportement pour faciliter la transition énergétique et utiliser de préférence cette électricité quand elle est abondante et bon marché. "L'ambition ici est de favoriser les producteurs d'électricité d'origine renouvelable, en évitant des investissements non indispensables sur le réseau et en contenant la facture d'électricité de tous les clients", a précisé le ministre. Toutes ces propositions devraient être concrétisées "très prochainement", a enfin assuré M. Henry. (Belga)