Parmi ce nombre de 475, on compte environ 270 Belges et leurs familles nucléaires. Pour les 200 autres, il s'agit de personnes appartenant à ce qu'on appelle les "catégories exposées", comme des défenseurs des droits humains, des activistes ou encore des personnes ayant travaillé pour la Belgique. Sur ce nombre global, 150 étaient en attente de sortie du pays quand l'opération d'évacuation Red Kite s'est terminée le 26 août.. Les autres se sont manifestées auprès de l'ambassade de Belgique à Islamabad après cette date. "La liste n'a cessé d'augmenter depuis", précise-t-on du côté du ministère des Affaires étrangères, qui continue à suivre les dossiers et essaye de trouver des solutions pour toutes ces personnes. (Belga)

Parmi ce nombre de 475, on compte environ 270 Belges et leurs familles nucléaires. Pour les 200 autres, il s'agit de personnes appartenant à ce qu'on appelle les "catégories exposées", comme des défenseurs des droits humains, des activistes ou encore des personnes ayant travaillé pour la Belgique. Sur ce nombre global, 150 étaient en attente de sortie du pays quand l'opération d'évacuation Red Kite s'est terminée le 26 août.. Les autres se sont manifestées auprès de l'ambassade de Belgique à Islamabad après cette date. "La liste n'a cessé d'augmenter depuis", précise-t-on du côté du ministère des Affaires étrangères, qui continue à suivre les dossiers et essaye de trouver des solutions pour toutes ces personnes. (Belga)