"Arrivée à la base aérienne de Torrejón du deuxième avion des forces armées effectuant des opérations de rapatriement depuis l'Afghanistan", a annoncé le gouvernement sur Twitter. Les 110 Afghans ont quitté Kaboul, en passant par Dubaï puis ont atterri à la base militaire de Torrejon de Ardoz, au nord-est de Madrid, où est installé le centre d'accueil des Afghans qui ont travaillé pour l'Union européenne et leurs familles. Une des familles arrivées en Espagne ces deux derniers jours a perdu la trace de sa fille à l'entrée de l'aéroport de Kaboul, signe du chaos qui s'y déroule, a indiqué la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles. "Une des personnes qui est montée à bord de l'avion avec sa famille (...) a perdu une de ses filles dans la bousculade, et celle-ci est restée à Kaboul", a déclaré Margarita Robles vendredi à la radio nationale espagnole. "Les interprètes ne pouvaient pas faire un seul pas vers la porte, et nous ne pouvions pas plus les aider", a-t-elle raconté. "Si on ne peut faire rentrer plus de gens dans les avions (...) c'est parce que la situation à l'aéroport de Kaboul est tout simplement dramatique", a-t-elle souligné. Une cinquantaine d'Afghans, arrivés jeudi matin par le premier avion de rapatriement envoyé par l'Espagne à bord duquel se trouvaient également cinq Espagnols qui habitaient à Kaboul, se trouvent toujours à Torrejon de Ardoz. C'est depuis cette base que seront gérées par les Vingt-Sept les destinations futures des Afghans qui seront répartis dans différents pays de l'Union européenne. En outre, un vol venant de Paris a amené dans la même base vendredi en début d'après-midi 38 Afghans travaillant pour l'UE et leurs familles. Samedi, les deux principaux dirigeants de l'UE, Charles Michel et Ursula von der Leyen, s'y rendront, en compagnie du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, et du chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell. Parmi les Afghans arrivés vendredi par le deuxième avion espagnol se trouve la capitaine de la sélection afghane de basket en fauteuil roulant, Nilofar Bayat, qui, se sentant menacée, avait demandé de l'aide pour sortir du pays. Un club de Bilbao, dans le nord de l'Espagne, le Bidaideak, lui a proposé un poste dans son équipe, entraînant une mobilisation qui a permis à Nilofar Bayat, salariée de la Croix-Rouge à Kaboul, de monter dans l'avion avec son compagnon. (Belga)

"Arrivée à la base aérienne de Torrejón du deuxième avion des forces armées effectuant des opérations de rapatriement depuis l'Afghanistan", a annoncé le gouvernement sur Twitter. Les 110 Afghans ont quitté Kaboul, en passant par Dubaï puis ont atterri à la base militaire de Torrejon de Ardoz, au nord-est de Madrid, où est installé le centre d'accueil des Afghans qui ont travaillé pour l'Union européenne et leurs familles. Une des familles arrivées en Espagne ces deux derniers jours a perdu la trace de sa fille à l'entrée de l'aéroport de Kaboul, signe du chaos qui s'y déroule, a indiqué la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles. "Une des personnes qui est montée à bord de l'avion avec sa famille (...) a perdu une de ses filles dans la bousculade, et celle-ci est restée à Kaboul", a déclaré Margarita Robles vendredi à la radio nationale espagnole. "Les interprètes ne pouvaient pas faire un seul pas vers la porte, et nous ne pouvions pas plus les aider", a-t-elle raconté. "Si on ne peut faire rentrer plus de gens dans les avions (...) c'est parce que la situation à l'aéroport de Kaboul est tout simplement dramatique", a-t-elle souligné. Une cinquantaine d'Afghans, arrivés jeudi matin par le premier avion de rapatriement envoyé par l'Espagne à bord duquel se trouvaient également cinq Espagnols qui habitaient à Kaboul, se trouvent toujours à Torrejon de Ardoz. C'est depuis cette base que seront gérées par les Vingt-Sept les destinations futures des Afghans qui seront répartis dans différents pays de l'Union européenne. En outre, un vol venant de Paris a amené dans la même base vendredi en début d'après-midi 38 Afghans travaillant pour l'UE et leurs familles. Samedi, les deux principaux dirigeants de l'UE, Charles Michel et Ursula von der Leyen, s'y rendront, en compagnie du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, et du chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell. Parmi les Afghans arrivés vendredi par le deuxième avion espagnol se trouve la capitaine de la sélection afghane de basket en fauteuil roulant, Nilofar Bayat, qui, se sentant menacée, avait demandé de l'aide pour sortir du pays. Un club de Bilbao, dans le nord de l'Espagne, le Bidaideak, lui a proposé un poste dans son équipe, entraînant une mobilisation qui a permis à Nilofar Bayat, salariée de la Croix-Rouge à Kaboul, de monter dans l'avion avec son compagnon. (Belga)