Les images de la chaîne d'information britannique Sky News montrent des soldats recouvrant trois corps de toiles blanches. La façon dont ils sont morts n'est pas claire. Le journaliste de Sky Stuart Ramsay, qui se trouvait à l'aéroport, a déclaré que les personnes à l'avant de la foule avaient été "écrasées" et que les médecins se précipitaient d'un blessé à l'autre. Les images montrent également de nombreux blessés. M. Ramsay a déclaré que les gens étaient "déshydratés et terrifiés". Son équipe a filmé des soldats en train d'arroser la foule avec un tuyau d'arrosage, disant qu'ils utilisaient "n'importe quoi pour les rafraichir". Compte tenu du chaos ambiant, il a estimé que les décès semblaient "inévitables". L'aéroport a été le théâtre de scènes désespérées depuis que les talibans ont pris le contrôle de Kaboul le 15 août, des dizaines de milliers d'Afghans attendant dans la chaleur pendant des heures, voire des jours, pour tenter de prendre un vol d'évacuation. Les familles qui espèrent une évasion miraculeuse se sont entassées entre les barbelés d'un no man's land officieux séparant les combattants talibans des troupes américaines et des restes d'une brigade des forces spéciales afghanes qui leur viennent en aide. Les routes menant à l'aéroport sont encombrées par la circulation, et des rapports indiquent que les talibans ont arrêté, battu ou harcelé des Afghans qui tentaient de fuir. Les Etats-Unis, qui ont pris le contrôle de l'aéroport, ont à plusieurs reprises mis en garde les personnes qui ne figurent pas sur les listes d'évacuation. Samedi, ils ont réitéré cet avertissement, évoquant des "menaces potentielles pour la sécurité" près des portes de l'aéroport. Le président américain Joe Biden a qualifié le pont aérien de "l'un des plus importants et des plus difficiles" de l'histoire. (Belga)

Les images de la chaîne d'information britannique Sky News montrent des soldats recouvrant trois corps de toiles blanches. La façon dont ils sont morts n'est pas claire. Le journaliste de Sky Stuart Ramsay, qui se trouvait à l'aéroport, a déclaré que les personnes à l'avant de la foule avaient été "écrasées" et que les médecins se précipitaient d'un blessé à l'autre. Les images montrent également de nombreux blessés. M. Ramsay a déclaré que les gens étaient "déshydratés et terrifiés". Son équipe a filmé des soldats en train d'arroser la foule avec un tuyau d'arrosage, disant qu'ils utilisaient "n'importe quoi pour les rafraichir". Compte tenu du chaos ambiant, il a estimé que les décès semblaient "inévitables". L'aéroport a été le théâtre de scènes désespérées depuis que les talibans ont pris le contrôle de Kaboul le 15 août, des dizaines de milliers d'Afghans attendant dans la chaleur pendant des heures, voire des jours, pour tenter de prendre un vol d'évacuation. Les familles qui espèrent une évasion miraculeuse se sont entassées entre les barbelés d'un no man's land officieux séparant les combattants talibans des troupes américaines et des restes d'une brigade des forces spéciales afghanes qui leur viennent en aide. Les routes menant à l'aéroport sont encombrées par la circulation, et des rapports indiquent que les talibans ont arrêté, battu ou harcelé des Afghans qui tentaient de fuir. Les Etats-Unis, qui ont pris le contrôle de l'aéroport, ont à plusieurs reprises mis en garde les personnes qui ne figurent pas sur les listes d'évacuation. Samedi, ils ont réitéré cet avertissement, évoquant des "menaces potentielles pour la sécurité" près des portes de l'aéroport. Le président américain Joe Biden a qualifié le pont aérien de "l'un des plus importants et des plus difficiles" de l'histoire. (Belga)