Cette opération, baptisée PITTING, a permis d'évacuer 5.725 personnes de Kaboul, dont plus de 3.100 Afghans et leurs familles, depuis son lancement le 13 août, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Outre les Afghans employés localement par le Royaume-Uni figurent parmi les personnes évacuées du personnel diplomatique et des ressortissants du Royaume-Uni et d'autres pays. Le brigadier Dan Blanchford, commandant des opérations des forces interarmées, qui dirige plus d'un millier de soldats à Kaboul, a décrit "une mission très complexe et exigeante". "Les horribles difficultés que rencontrent les familles et les individus pour se rendre à l'aéroport sont évidentes et mes hommes et femmes en première ligne ont vu et assisté à des scènes déchirantes", a témoigné Dan Blanchford. "Nous redoublons d'efforts pour accélérer les processus et accompagner les plus vulnérables", a-t-il souligné, avec 30.000 litres d'eau acheminés par jour, de la nourriture pour 5.000 personnes et des distributions de couches, de lait pour bébés et de produits sanitaires. Des milliers de familles se massent près de l'aéroport international pour tenter d'évacuer le pays après la prise de pouvoir des talibans le 15 août. Sept Afghans sont morts dans la cohue près de l'aéroport, avait indiqué dimanche matin le ministère de la Défense. Le temps presse avant le 31 août, date fixée par l'administration américaine pour le retrait définitif de ses forces d'Afghanistan. Face à ce calendrier serré et ces conditions particulièrement difficiles, le ministre de la Défense Ben Wallace a affirmé dans les colonnes du Mail on Sunday que les Américains auraient "tout le soutien" des Britanniques s'ils restent plus longtemps. Il a aussi expliqué que des centres de traitement des demandes d'évacuation seront mis en place "hors d'Afghanistan, dans la région". Ben Wallace s'est entretenu dimanche avec son homologue américain Lloyd Austin, a indiqué son ministère, qui a souligné que "le processus d'évacuation se déroulera aussi longtemps que la situation sécuritaire le permettra en coordination avec nos partenaires américains". "Aucune date ferme n'a encore été fixée pour la fin des vols d'évacuation", a insisté le ministère. (Belga)

Cette opération, baptisée PITTING, a permis d'évacuer 5.725 personnes de Kaboul, dont plus de 3.100 Afghans et leurs familles, depuis son lancement le 13 août, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Outre les Afghans employés localement par le Royaume-Uni figurent parmi les personnes évacuées du personnel diplomatique et des ressortissants du Royaume-Uni et d'autres pays. Le brigadier Dan Blanchford, commandant des opérations des forces interarmées, qui dirige plus d'un millier de soldats à Kaboul, a décrit "une mission très complexe et exigeante". "Les horribles difficultés que rencontrent les familles et les individus pour se rendre à l'aéroport sont évidentes et mes hommes et femmes en première ligne ont vu et assisté à des scènes déchirantes", a témoigné Dan Blanchford. "Nous redoublons d'efforts pour accélérer les processus et accompagner les plus vulnérables", a-t-il souligné, avec 30.000 litres d'eau acheminés par jour, de la nourriture pour 5.000 personnes et des distributions de couches, de lait pour bébés et de produits sanitaires. Des milliers de familles se massent près de l'aéroport international pour tenter d'évacuer le pays après la prise de pouvoir des talibans le 15 août. Sept Afghans sont morts dans la cohue près de l'aéroport, avait indiqué dimanche matin le ministère de la Défense. Le temps presse avant le 31 août, date fixée par l'administration américaine pour le retrait définitif de ses forces d'Afghanistan. Face à ce calendrier serré et ces conditions particulièrement difficiles, le ministre de la Défense Ben Wallace a affirmé dans les colonnes du Mail on Sunday que les Américains auraient "tout le soutien" des Britanniques s'ils restent plus longtemps. Il a aussi expliqué que des centres de traitement des demandes d'évacuation seront mis en place "hors d'Afghanistan, dans la région". Ben Wallace s'est entretenu dimanche avec son homologue américain Lloyd Austin, a indiqué son ministère, qui a souligné que "le processus d'évacuation se déroulera aussi longtemps que la situation sécuritaire le permettra en coordination avec nos partenaires américains". "Aucune date ferme n'a encore été fixée pour la fin des vols d'évacuation", a insisté le ministère. (Belga)