Depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, la Chine a adopté une attitude de plus en plus belliqueuse envers Taïwan. L'année 2020 a été marquée par un nombre record d'incursions d'avions militaires chinois dans la zone d'identification de défense aérienne de l'île. Les eaux territoriales qui entourent Taïwan sont également devenues un point de tensions. Les garde-côtes taïwanais ont affirmé lundi à l'AFP avoir enregistré une importante hausse du nombre de navires chinois venus draguer du sable dans leurs eaux. Sur les onze premiers mois de 2019, Taïwan avait expulsé 3.969 navires, contre 600 en 2019 et 71 en 2018. Les dirigeants chinois Pékin considèrent l'île comme une province chinoise et menacent de la reprendre par la force en cas de proclamation formelle d'indépendance ou d'intervention américaine. Les relations diplomatiques et économiques entre Pékin et Taipei sont particulièrement tendues depuis l'arrivée au pouvoir en 2016 de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, dont le parti milite traditionnellement pour l'indépendance de l'île. L'an dernier, l'aviation chinoise a fait un nombre record de 380 incursions dans la zone d'identification de défense aérienne ("Adiz", selon son acronyme en anglais) de Taïwan. Il s'agit du chiffre le plus élevé depuis le milieu des années 1990. Les Etats-Unis ont assuré samedi que leur soutien à Taïwan restait "solide comme un roc" malgré les "tentatives d'intimidation" de Pékin, dont plusieurs avions ont à nouveau pénétré ce week-end l'"Adiz". Dans le même temps, le porte-avions américain Theodore Roosevelt est entré en mer de Chine méridionale, plus au sud. Les déclarations de Washington sont les premières concernant Taïwan depuis l'investiture du président américain Joe Biden, à laquelle une représentante de l'île aux Etats-Unis a assisté, pour la première fois depuis que Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979. Cette présence n'a pas manqué de susciter l'ire de Pékin. La Chine a toujours utilisé des bateaux civils -- appuyés par des gardes-côtes et des milices -- pour faire valoir ses revendications territoriales dans les eaux territoriales contestées et importuner les navires se trouvant à proximité. (Belga)

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, la Chine a adopté une attitude de plus en plus belliqueuse envers Taïwan. L'année 2020 a été marquée par un nombre record d'incursions d'avions militaires chinois dans la zone d'identification de défense aérienne de l'île. Les eaux territoriales qui entourent Taïwan sont également devenues un point de tensions. Les garde-côtes taïwanais ont affirmé lundi à l'AFP avoir enregistré une importante hausse du nombre de navires chinois venus draguer du sable dans leurs eaux. Sur les onze premiers mois de 2019, Taïwan avait expulsé 3.969 navires, contre 600 en 2019 et 71 en 2018. Les dirigeants chinois Pékin considèrent l'île comme une province chinoise et menacent de la reprendre par la force en cas de proclamation formelle d'indépendance ou d'intervention américaine. Les relations diplomatiques et économiques entre Pékin et Taipei sont particulièrement tendues depuis l'arrivée au pouvoir en 2016 de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, dont le parti milite traditionnellement pour l'indépendance de l'île. L'an dernier, l'aviation chinoise a fait un nombre record de 380 incursions dans la zone d'identification de défense aérienne ("Adiz", selon son acronyme en anglais) de Taïwan. Il s'agit du chiffre le plus élevé depuis le milieu des années 1990. Les Etats-Unis ont assuré samedi que leur soutien à Taïwan restait "solide comme un roc" malgré les "tentatives d'intimidation" de Pékin, dont plusieurs avions ont à nouveau pénétré ce week-end l'"Adiz". Dans le même temps, le porte-avions américain Theodore Roosevelt est entré en mer de Chine méridionale, plus au sud. Les déclarations de Washington sont les premières concernant Taïwan depuis l'investiture du président américain Joe Biden, à laquelle une représentante de l'île aux Etats-Unis a assisté, pour la première fois depuis que Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979. Cette présence n'a pas manqué de susciter l'ire de Pékin. La Chine a toujours utilisé des bateaux civils -- appuyés par des gardes-côtes et des milices -- pour faire valoir ses revendications territoriales dans les eaux territoriales contestées et importuner les navires se trouvant à proximité. (Belga)