Le régime syrien a accepté jeudi que les aides de l'ONU puissent partir de Damas et traverser les zones sous son contrôle pour parvenir aux localités de Madaya, Foua et Kafraya, encerclées par les rebelles, et restées sans vivres depuis octobre dernier. Il s'agit d'un pas "dans la bonne direction" selon le communiqué conjoint de la cheffe de la diplomatie avec le commissaire européen à l'aide humanitaire Christos Stylianides. "L'UE s'en félicite et escompte que cela sera dûment mis en ?uvre et étendu par toutes les parties à toutes les villes assiégées", indique leur déclaration. Environ 42.000 personnes seraient au bord de la famine à Madaya rapportait jeudi les Nations Unies qui affirment avoir reçu des "rapports crédibles sur des personnes mourant de faim et tuées en essayant de quitter la ville." Vendredi l'UNICEF, a alerté que la moitié des personnes menacées était des enfants, nécessitant "une assistance pour leur survie". L'ONG Médecins Sans Frontières (MSF) évoque pour sa part 23 décès liés à la famine dans le centre de santé qu'elle soutient depuis décembre, dont six bébés de moins d'un an. (Belga)

Le régime syrien a accepté jeudi que les aides de l'ONU puissent partir de Damas et traverser les zones sous son contrôle pour parvenir aux localités de Madaya, Foua et Kafraya, encerclées par les rebelles, et restées sans vivres depuis octobre dernier. Il s'agit d'un pas "dans la bonne direction" selon le communiqué conjoint de la cheffe de la diplomatie avec le commissaire européen à l'aide humanitaire Christos Stylianides. "L'UE s'en félicite et escompte que cela sera dûment mis en ?uvre et étendu par toutes les parties à toutes les villes assiégées", indique leur déclaration. Environ 42.000 personnes seraient au bord de la famine à Madaya rapportait jeudi les Nations Unies qui affirment avoir reçu des "rapports crédibles sur des personnes mourant de faim et tuées en essayant de quitter la ville." Vendredi l'UNICEF, a alerté que la moitié des personnes menacées était des enfants, nécessitant "une assistance pour leur survie". L'ONG Médecins Sans Frontières (MSF) évoque pour sa part 23 décès liés à la famine dans le centre de santé qu'elle soutient depuis décembre, dont six bébés de moins d'un an. (Belga)