Plus de 4,3 millions de personnes ont déjà reçu au moins une dose d'un vaccin contre le coronavirus. Plus de 15.800 effets indésirables ont été notifiés, dont 64% sont "non graves". Dans la plupart des cas, il s'agit de fièvre, douleurs musculaires, malaise et réactions au point d'injection. Ces inconforts disparaissent généralement après quelques jours. Ils semblent apparaître plus fréquemment après la seconde injection pour les vaccins développés par Pfizer et Moderna, et après la première avec le sérum d'AstraZeneca. Sont considérés comme graves 3.266 rapports, en grande majorité parce qu'ils ont occasionné une incapacité de travail temporaire ou une impossibilité de quitter la maison. Cent trente signalements sont des décès mais seuls trois sont considérés comme "probablement liés" au vaccin. Il s'agit d'un cas de syndrome d'hyperperméabilité capillaire et d'un cas de thrombocytopénie immunitaire, probablement liés au sérum Vaxzevria, développé par AstraZeneca. En outre, un décès est survenu après l'administration du produit de Johnson & Johnson, consécutif à un syndrome associant une thrombose et une trombocytopénie, "probablement lié au vaccin". L'AFMPS prévient les professionnels de la santé de rester attentifs à l'apparition de ce syndrome rare, qui peut survenir dans les trois semaines suivant la vaccination. Essoufflement, douleur dans la poitrine, gonflement ou douleur dans une jambe, douleur abdominale persistante, symptômes neurologiques ou encore petite taches de sang sous la peau en dehors du site d'injection doivent notamment sonner l'alarme. À la suite de ce décès, il a été décidé de ne réserver le vaccin de Johnson & Johnson qu'aux personnes âgées de 41 ans et plus. L'expérience basée sur l'administration de 209 millions de doses en Europe, 60 millions au Royaume-Uni et 286 millions aux États-Unis confirme que "la balance bénéfice-risque des vaccins contre le Covid-19 reste positive", rassure l'AFMPS. (Belga)

Plus de 4,3 millions de personnes ont déjà reçu au moins une dose d'un vaccin contre le coronavirus. Plus de 15.800 effets indésirables ont été notifiés, dont 64% sont "non graves". Dans la plupart des cas, il s'agit de fièvre, douleurs musculaires, malaise et réactions au point d'injection. Ces inconforts disparaissent généralement après quelques jours. Ils semblent apparaître plus fréquemment après la seconde injection pour les vaccins développés par Pfizer et Moderna, et après la première avec le sérum d'AstraZeneca. Sont considérés comme graves 3.266 rapports, en grande majorité parce qu'ils ont occasionné une incapacité de travail temporaire ou une impossibilité de quitter la maison. Cent trente signalements sont des décès mais seuls trois sont considérés comme "probablement liés" au vaccin. Il s'agit d'un cas de syndrome d'hyperperméabilité capillaire et d'un cas de thrombocytopénie immunitaire, probablement liés au sérum Vaxzevria, développé par AstraZeneca. En outre, un décès est survenu après l'administration du produit de Johnson & Johnson, consécutif à un syndrome associant une thrombose et une trombocytopénie, "probablement lié au vaccin". L'AFMPS prévient les professionnels de la santé de rester attentifs à l'apparition de ce syndrome rare, qui peut survenir dans les trois semaines suivant la vaccination. Essoufflement, douleur dans la poitrine, gonflement ou douleur dans une jambe, douleur abdominale persistante, symptômes neurologiques ou encore petite taches de sang sous la peau en dehors du site d'injection doivent notamment sonner l'alarme. À la suite de ce décès, il a été décidé de ne réserver le vaccin de Johnson & Johnson qu'aux personnes âgées de 41 ans et plus. L'expérience basée sur l'administration de 209 millions de doses en Europe, 60 millions au Royaume-Uni et 286 millions aux États-Unis confirme que "la balance bénéfice-risque des vaccins contre le Covid-19 reste positive", rassure l'AFMPS. (Belga)