Au total, quelque 320 caméras ANPR de la police fédérale sont disséminées sur les routes. Lorsque l'une d'entre elles constate une infraction, elle émet un signal. Toutefois, quasi tous ces rapports sont classés, faute de personnel pour les traiter. La police de la route ne poursuit en effet que dans le cas où les images se rapportent à un véhicule recherché dans un dossier de terrorisme ou dans le cadre d'une enquête sur un meurtre ou un accident. S'il s'agit d'une voiture volée ou non-assurée, les données restent sans suite. Le cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a reconnu le manque de personnel au sein de la police fédérale. (Belga)