Un certain nombre de commerces et d'établissements Horeca mentionnent sur le ticket de caisse un supplément destiné à couvrir les frais qu'ils doivent engager dans le cadre des mesures contre la covid-19.

Si une telle pratique n'est pas interdite, le supplément doit toutefois être clairement mentionné. Il doit aussi être proportionné aux frais réellement encourus. "Nous interviendrons contre des prix exorbitants", a indiqué Mme Muylle.

L'Inspection économique est particulièrement attentive depuis le début de la pandémie aux abus, a assuré la ministre. Depuis le début de la crise, elle a reçu 254 signalements et ouvert 411 enquêtes.

Un certain nombre de commerces et d'établissements Horeca mentionnent sur le ticket de caisse un supplément destiné à couvrir les frais qu'ils doivent engager dans le cadre des mesures contre la covid-19. Si une telle pratique n'est pas interdite, le supplément doit toutefois être clairement mentionné. Il doit aussi être proportionné aux frais réellement encourus. "Nous interviendrons contre des prix exorbitants", a indiqué Mme Muylle. L'Inspection économique est particulièrement attentive depuis le début de la pandémie aux abus, a assuré la ministre. Depuis le début de la crise, elle a reçu 254 signalements et ouvert 411 enquêtes.