Une femme enceinte n'a pas plus de chance qu'une autre personne d'attraper le Covid, mais une fois contaminée, elle risque une évolution plus sévère de la maladie, a déclaré Daniel Surbek, membre du comité de Gynécologie suisse (SGGG) et médecin-chef clinique d'obstétrique à l'hôpital de l'Île à Berne. Dans cette situation, l'enfant court un risque de naissance prématurée. L'OFSP n'a toutefois pas recommandé jusqu'ici de les faire vacciner car il n'existe pas encore de données fiables sur les effets secondaires de la vaccination pendant une grossesse. Les Etats-Unis, l'Angleterre, la France ou l'Allemagne n'ont pas attendu: les femmes enceintes se font vacciner depuis longtemps, a déclaré le gynécologue. Les femmes enceintes présentant des risques supplémentaires vont être informées en détail par leurs gynécologues. A elles ensuite de décider si elles veulent se faire vacciner ou non, a poursuivi le médecin. Après l'entretien, elle signe un accord par écrit. Daniel Surbek espère disposer de données fiables sur l'effet du vaccin sur les femmes enceintes d'ici au printemps. "Si celles-ci ne montrent aucune preuve d'effets secondaires indésirables, toutes les femmes enceintes devraient pouvoir se faire vacciner", a-t-il déclaré. En principe, la vaccination au cours du premier trimestre de la grossesse n'est pas envisagée. Si une recommandation devait être faite à l'avenir pour toutes les femmes enceintes, quel que soit leur état de santé, la vaccination ne sera probablement proposée qu'à partir du quatrième mois. (Belga)

Une femme enceinte n'a pas plus de chance qu'une autre personne d'attraper le Covid, mais une fois contaminée, elle risque une évolution plus sévère de la maladie, a déclaré Daniel Surbek, membre du comité de Gynécologie suisse (SGGG) et médecin-chef clinique d'obstétrique à l'hôpital de l'Île à Berne. Dans cette situation, l'enfant court un risque de naissance prématurée. L'OFSP n'a toutefois pas recommandé jusqu'ici de les faire vacciner car il n'existe pas encore de données fiables sur les effets secondaires de la vaccination pendant une grossesse. Les Etats-Unis, l'Angleterre, la France ou l'Allemagne n'ont pas attendu: les femmes enceintes se font vacciner depuis longtemps, a déclaré le gynécologue. Les femmes enceintes présentant des risques supplémentaires vont être informées en détail par leurs gynécologues. A elles ensuite de décider si elles veulent se faire vacciner ou non, a poursuivi le médecin. Après l'entretien, elle signe un accord par écrit. Daniel Surbek espère disposer de données fiables sur l'effet du vaccin sur les femmes enceintes d'ici au printemps. "Si celles-ci ne montrent aucune preuve d'effets secondaires indésirables, toutes les femmes enceintes devraient pouvoir se faire vacciner", a-t-il déclaré. En principe, la vaccination au cours du premier trimestre de la grossesse n'est pas envisagée. Si une recommandation devait être faite à l'avenir pour toutes les femmes enceintes, quel que soit leur état de santé, la vaccination ne sera probablement proposée qu'à partir du quatrième mois. (Belga)