Cette première Ariane 5 de l'année a décollé à l'ouverture de sa fenêtre de tir à 18H00 locales, 23H00 à Paris, avec deux satellites à son bord pour le compte des opérateurs satellitaires Embratel, le plus important du Brésil et d'Amérique latine, et Eutelsat, un des leaders mondiaux du secteur. Près d'une demi-heure plus tard, les deux satellites étaient mis sur orbite à près de quatre minutes d'intervalle. Eutelsat Quantum est le premier satellite commercial au monde dit "flexible". Il permettra aux clients d'Eutelsat de reconfigurer le satellite en temps réel, de sa puissance à son spectre en passant par sa fréquence. L'autre satellite de télécommunication lancé est Star One D2 qui, avec ses six tonnes, est le plus gros jamais commandé par Embratel. Commandé il y a cinq ans, Eutelsat Quantum est le fruit d'un partenariat public-privé impliquant l'Agence spatiale européenne, l'opérateur Eutelsat et Airbus Defense and Space. L'opérateur européen attend beaucoup de cette nouvelle technologie présentée comme une première mondiale. Chacun des huit faisceaux de Quantum sera modulable, aussi bien en zone de couverture, qu'en puissance ou en fréquence, "en quelques minutes", via un logiciel mis à la disposition du client, selon Eutelsat. Cette souplesse d'utilisation permettra par exemple d'assurer une couverture mobile pour des avions, des navires, ou des services gouvernementaux, par exemple en cas de catastrophes naturelles ou d'évènements ponctuels. Elle ouvre aussi la voie à une production plus proche de la série des satellites, qui sont jusqu'ici des objets uniques. "Quantum est à la pointe des solutions de logiciels pour engins spatiaux commerciaux car nous sommes les premiers à répondre à la demande du marché pour une extrême flexibilité pour les clients", s'est félicitée Elodie Viau, directrice des télécommunications et des applications intégrées à l'Agence spatiale européenne. Le lancement de cette première Ariane 5 de l'année sera suivi de deux autres Ariane, sans oublier une Véga et une Soyouz cet été, a rappelé le PDG d'Arianespace Stéphane Israël. (Belga)

Cette première Ariane 5 de l'année a décollé à l'ouverture de sa fenêtre de tir à 18H00 locales, 23H00 à Paris, avec deux satellites à son bord pour le compte des opérateurs satellitaires Embratel, le plus important du Brésil et d'Amérique latine, et Eutelsat, un des leaders mondiaux du secteur. Près d'une demi-heure plus tard, les deux satellites étaient mis sur orbite à près de quatre minutes d'intervalle. Eutelsat Quantum est le premier satellite commercial au monde dit "flexible". Il permettra aux clients d'Eutelsat de reconfigurer le satellite en temps réel, de sa puissance à son spectre en passant par sa fréquence. L'autre satellite de télécommunication lancé est Star One D2 qui, avec ses six tonnes, est le plus gros jamais commandé par Embratel. Commandé il y a cinq ans, Eutelsat Quantum est le fruit d'un partenariat public-privé impliquant l'Agence spatiale européenne, l'opérateur Eutelsat et Airbus Defense and Space. L'opérateur européen attend beaucoup de cette nouvelle technologie présentée comme une première mondiale. Chacun des huit faisceaux de Quantum sera modulable, aussi bien en zone de couverture, qu'en puissance ou en fréquence, "en quelques minutes", via un logiciel mis à la disposition du client, selon Eutelsat. Cette souplesse d'utilisation permettra par exemple d'assurer une couverture mobile pour des avions, des navires, ou des services gouvernementaux, par exemple en cas de catastrophes naturelles ou d'évènements ponctuels. Elle ouvre aussi la voie à une production plus proche de la série des satellites, qui sont jusqu'ici des objets uniques. "Quantum est à la pointe des solutions de logiciels pour engins spatiaux commerciaux car nous sommes les premiers à répondre à la demande du marché pour une extrême flexibilité pour les clients", s'est félicitée Elodie Viau, directrice des télécommunications et des applications intégrées à l'Agence spatiale européenne. Le lancement de cette première Ariane 5 de l'année sera suivi de deux autres Ariane, sans oublier une Véga et une Soyouz cet été, a rappelé le PDG d'Arianespace Stéphane Israël. (Belga)