Vieillissement de la population oblige, les chercheurs Andrea Albanese et Bart Cockx (UGent) ont voulu savoir si les politiques menées pour maintenir les travailleurs de plus de 50 ans au travail avaient un impact.

Depuis 2000, les gouvernements successifs ont notamment joué sur les cotisations sociales pour tenter de rendre ces travailleurs plus attractifs sur le marché de l'emploi. Depuis 2013, elles sont réduites de 400 euros pour les plus de 54 ans.

Leurs conclusions sont sans appel: l'effet sur le taux d'emploi est proche de zéro. En effet, tandis que la productivité du travailleur décroît avec l'âge à partir de 56 ans, son coût salarial continue d'augmenter en raison de barèmes basés sur l'ancienneté du salarié. En fin de carrière, celui-ci coûte donc plus qu'il ne rapporte à l'entreprise. "Un allégement des charges salariales pour ces travailleurs ne peut dans ce cas avoir aucun effet car il ne peut qu'alléger la perte de l'employeur qui les maintient au travail."