Le virologe pense que nous devons être vigilent. Selon lui, il est normal que les gens se lassent des mesures mais "nous nous devons être conscients que le virus est toujours en circulation. "Si nous nous relâchons maintenant, nous en verrons les effets dans deux semaines", a-t-il rappelé.

Selon M. Van Gucht, les derniers chiffres confirment "la tendance encourageante" de ces derniers jours. Le nombre d'admissions à l'hôpital se stabilise et on constate également une légère diminution du nombre de personnes en soins intensifs.

Mais comme d'autres experts, Van Gucht met en garde contre un relâchement dans le respect des mesures coronaires.

Ce virus est toujours en circulation

Si nous suivons "trop librement" les mesures prises pour lutter contre le coronavirus, nous pourrions en payer le prix dans les deux semaines à venir.

Tout comme Erika Vlieghe, la responsable du groupe de travail qui doit définir la stratégie de sortie, M. Van Gucht pense aussi que voyager à l'étranger cet été sera "difficile". "Mais nous serons plus libres que nous ne le sommes actuellement", dit M. Van Gucht. "Je pense que ce sera un peu mieux. J'espère que nous pourrons nous asseoir sur une terrasse".

Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a reconnu sur VTM Nieuws que "les nerfs étaient à vif"."Nous avons reçu beaucoup d'informations qui font état d'un relâchement. Beaucoup de gens respectent les règles correctement, d'autres pas. Mais la police est présente pour contrôler les dispositions et intervenir si nécessaire", a-t-il dit. Le ministre s'est également penché sur le Conseil national de sécurité de mercredi prochain. Les mesures actuelles contre le coronavirus seront évaluées et de la clarté sera vraisemblablement apportée sur les festivals d'été, la réouverture ou non des écoles, les avis de voyage pour l'été, les règles pour les jardineries etc. M. De Crem n'anticipe pas encore l'issue possible de la réunion de mercredi mais a déjà indiqué qu'il pourrait y avoir une décision d'annuler les grands festivals d'été.

Le virologe pense que nous devons être vigilent. Selon lui, il est normal que les gens se lassent des mesures mais "nous nous devons être conscients que le virus est toujours en circulation. "Si nous nous relâchons maintenant, nous en verrons les effets dans deux semaines", a-t-il rappelé.Selon M. Van Gucht, les derniers chiffres confirment "la tendance encourageante" de ces derniers jours. Le nombre d'admissions à l'hôpital se stabilise et on constate également une légère diminution du nombre de personnes en soins intensifs. Mais comme d'autres experts, Van Gucht met en garde contre un relâchement dans le respect des mesures coronaires. Si nous suivons "trop librement" les mesures prises pour lutter contre le coronavirus, nous pourrions en payer le prix dans les deux semaines à venir. Tout comme Erika Vlieghe, la responsable du groupe de travail qui doit définir la stratégie de sortie, M. Van Gucht pense aussi que voyager à l'étranger cet été sera "difficile". "Mais nous serons plus libres que nous ne le sommes actuellement", dit M. Van Gucht. "Je pense que ce sera un peu mieux. J'espère que nous pourrons nous asseoir sur une terrasse".Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a reconnu sur VTM Nieuws que "les nerfs étaient à vif"."Nous avons reçu beaucoup d'informations qui font état d'un relâchement. Beaucoup de gens respectent les règles correctement, d'autres pas. Mais la police est présente pour contrôler les dispositions et intervenir si nécessaire", a-t-il dit. Le ministre s'est également penché sur le Conseil national de sécurité de mercredi prochain. Les mesures actuelles contre le coronavirus seront évaluées et de la clarté sera vraisemblablement apportée sur les festivals d'été, la réouverture ou non des écoles, les avis de voyage pour l'été, les règles pour les jardineries etc. M. De Crem n'anticipe pas encore l'issue possible de la réunion de mercredi mais a déjà indiqué qu'il pourrait y avoir une décision d'annuler les grands festivals d'été.