Dans une déclaration publiée samedi soir, après trois journées de violence lors desquelles quatre Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés, le Fatah a appelé à "poursuivre la confrontation et à l'élargir à tous les points où l'armée israélienne est présente". En signe de protestation contre la décision sur Jérusalem annoncée mercredi par le président Donald Trump, M. Abbas a décidé de ne pas recevoir le vice-président américain Mike Pence lors de sa visite prévue mi-décembre en Israël et en Cisjordanie, a indiqué son conseiller Majdi al-Khalidi. Réunis au Caire, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe ont appelé Washington à revenir sur sa décision. Dans une résolution publiée dimanche matin et dont l'AFP s'est procurée une copie, les ministres arabes estiment que les Etats-Unis se sont "retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix" israélo-palestinien et demandent qu'ils "annulent leur décision sur Jérusalem". (Belga)

Dans une déclaration publiée samedi soir, après trois journées de violence lors desquelles quatre Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés, le Fatah a appelé à "poursuivre la confrontation et à l'élargir à tous les points où l'armée israélienne est présente". En signe de protestation contre la décision sur Jérusalem annoncée mercredi par le président Donald Trump, M. Abbas a décidé de ne pas recevoir le vice-président américain Mike Pence lors de sa visite prévue mi-décembre en Israël et en Cisjordanie, a indiqué son conseiller Majdi al-Khalidi. Réunis au Caire, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe ont appelé Washington à revenir sur sa décision. Dans une résolution publiée dimanche matin et dont l'AFP s'est procurée une copie, les ministres arabes estiment que les Etats-Unis se sont "retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix" israélo-palestinien et demandent qu'ils "annulent leur décision sur Jérusalem". (Belga)