"En 1947, Jérusalem ne figurait pas dans le plan de partage de la Palestine", rappelle Henri Goldman. Dans ce plan, Jérusalem et les localités environnantes forment en effet une zone sous régime international spécial, administrée par l'ONU. Si Israël a rapidement annexé la ville, "c'est en dehors du droit international, raison pour laquelle même les pays qui soutiennent le plus Israël n'ont pas leur ambassade à Jérusalem". "Israël est le seul Etat qui soutient la décision de Donald Trump. Qui se ressemble s'assemble. Le gouvernement Netanyahou est le plus à droite de toute l'histoire d'Israël, et c'est pareil pour Trump aux Etats-Unis", relève celui qui est aussi rédacteur en chef de la revue "Politique". "Trump valide à présent la politique d'annexion et de colonisation du gouvernement israélien", déplore-t-il. L'UPJB n'est pas membre du Comité des organisation juives de Belgique (CCOJB). Ce dernier se réunit actuellement pour définir sa position quant à la décision du président américain. (Belga)

"En 1947, Jérusalem ne figurait pas dans le plan de partage de la Palestine", rappelle Henri Goldman. Dans ce plan, Jérusalem et les localités environnantes forment en effet une zone sous régime international spécial, administrée par l'ONU. Si Israël a rapidement annexé la ville, "c'est en dehors du droit international, raison pour laquelle même les pays qui soutiennent le plus Israël n'ont pas leur ambassade à Jérusalem". "Israël est le seul Etat qui soutient la décision de Donald Trump. Qui se ressemble s'assemble. Le gouvernement Netanyahou est le plus à droite de toute l'histoire d'Israël, et c'est pareil pour Trump aux Etats-Unis", relève celui qui est aussi rédacteur en chef de la revue "Politique". "Trump valide à présent la politique d'annexion et de colonisation du gouvernement israélien", déplore-t-il. L'UPJB n'est pas membre du Comité des organisation juives de Belgique (CCOJB). Ce dernier se réunit actuellement pour définir sa position quant à la décision du président américain. (Belga)