"En optant pour cette période, cette avancée sociale pourra s'opérationnaliser dans la sérénité; elle sera totalement applicable et se réalisera dans les meilleures conditions autant pour les travailleurs et travailleuses que pour les employeurs", a-t-elle précisé en assurant avoir obtenu, au budget 2020, les six millions d'euros qu'il manquait pour concrétiser la mesure. Ce passage au statut d'employé permettra notamment de revaloriser les salaires, de garantir une meilleure couverture salariale en cas de maladie et "d'améliorer la qualité d'emplois des travailleurs et travailleuses qui occupent un rôle-clef dans le maintien à domicile des personnes", a ajouté la ministre. Reste à savoir si les syndicats partageront cet optimisme, eux qui contestent le report au 1er avril - en pleine période d'élections sociales - d'une mesure qui était initialement prévue le 1er octobre dernier. La semaine passée, plus de 200 aides familiales et gardes à domicile avaient ainsi manifesté devant le SPF Emploi à Bruxelles, où avait lieu une réunion de la commission paritaire, pour protester contre cette décision. (Belga)

"En optant pour cette période, cette avancée sociale pourra s'opérationnaliser dans la sérénité; elle sera totalement applicable et se réalisera dans les meilleures conditions autant pour les travailleurs et travailleuses que pour les employeurs", a-t-elle précisé en assurant avoir obtenu, au budget 2020, les six millions d'euros qu'il manquait pour concrétiser la mesure. Ce passage au statut d'employé permettra notamment de revaloriser les salaires, de garantir une meilleure couverture salariale en cas de maladie et "d'améliorer la qualité d'emplois des travailleurs et travailleuses qui occupent un rôle-clef dans le maintien à domicile des personnes", a ajouté la ministre. Reste à savoir si les syndicats partageront cet optimisme, eux qui contestent le report au 1er avril - en pleine période d'élections sociales - d'une mesure qui était initialement prévue le 1er octobre dernier. La semaine passée, plus de 200 aides familiales et gardes à domicile avaient ainsi manifesté devant le SPF Emploi à Bruxelles, où avait lieu une réunion de la commission paritaire, pour protester contre cette décision. (Belga)