"Ceci n'est pas un dossier bruxellois ou flamand, mais au minimum d'ampleur nationale, voire même européenne. S'il apparaît que, dans des dossiers comme le stade national, les nuisances aériennes de l'aéroport de Bruxelles ou les normes d'émission GSM, on bascule d'un problème à un autre, alors il faut voir s'il ne vaudrait pas mieux gérer tout cela au niveau national", a souligné le libéral flamand. L'Open Vld a pourtant, en la personne du ministre bruxellois du Budget Guy Vanhengel, l'un des plus ardents défenseurs du projet de stade national avorté jeudi. "J'ai parfois une opinion différente de Guy Vanhengel ; à un certain moment, il faut pouvoir trancher dans un dossier qui dépasse les intérêts d'une Région", ajoute M. De Croo, pour qui la capitale de l'Europe "a droit à une telle infrastructure". "Sur le territoire de Bruxelles ou en dehors, nous devons dépasser cette question en tant que pays". (Belga)

"Ceci n'est pas un dossier bruxellois ou flamand, mais au minimum d'ampleur nationale, voire même européenne. S'il apparaît que, dans des dossiers comme le stade national, les nuisances aériennes de l'aéroport de Bruxelles ou les normes d'émission GSM, on bascule d'un problème à un autre, alors il faut voir s'il ne vaudrait pas mieux gérer tout cela au niveau national", a souligné le libéral flamand. L'Open Vld a pourtant, en la personne du ministre bruxellois du Budget Guy Vanhengel, l'un des plus ardents défenseurs du projet de stade national avorté jeudi. "J'ai parfois une opinion différente de Guy Vanhengel ; à un certain moment, il faut pouvoir trancher dans un dossier qui dépasse les intérêts d'une Région", ajoute M. De Croo, pour qui la capitale de l'Europe "a droit à une telle infrastructure". "Sur le territoire de Bruxelles ou en dehors, nous devons dépasser cette question en tant que pays". (Belga)