Les touristes devront être munis à leur arrivée d'un certificat attestant qu'ils ne sont pas porteurs du coronavirus, le test devant être réalisé moins de 72 heures avant leur atterrissage. Même munis de ce document, ils devront subir un nouveau test à l'aéroport, puis encore un autre quatre à cinq jours plus tard, et un troisième si la durée de leur séjour dépasse 10 jours, a précisé le ministère. "Bien que ce soit gênant, c'est essentiel pour que chacun soit préservé et pour assurer la tranquillité d'esprit", a souligné le ministère. En outre, le tarif du visa passera de 40 à 100 dollars, les visiteurs ne pourront séjourner que dans les hôtels agréés par le ministère, et ne seront pas autorisés à utiliser les transports publics sur l'île. Seuls les séjours d'une durée minimale de cinq jours seront autorisés. Le secteur du tourisme au Sri Lanka commençait tout juste à se remettre des attentats terroristes du 21 avril 2019 qui avaient 279 morts dont 45 étrangers, lorsque l'épidémie de Covid-19 a mis un coup d'arrêt aux voyages et entraîné la fermeture des hôtels, privant d'emploi des dizaines de milliers de personnes. Onze morts et 1.800 cas de contamination ont été rapportés dans le pays depuis l'identification du premier cas le 27 janvier. Le nombre de touristes visitant le Sri Lanka avait atteint 1,91 million en 2019, en forte baisse par rapport aux 2,33 millions de touristes enregistrés l'année précédente. (Belga)

Les touristes devront être munis à leur arrivée d'un certificat attestant qu'ils ne sont pas porteurs du coronavirus, le test devant être réalisé moins de 72 heures avant leur atterrissage. Même munis de ce document, ils devront subir un nouveau test à l'aéroport, puis encore un autre quatre à cinq jours plus tard, et un troisième si la durée de leur séjour dépasse 10 jours, a précisé le ministère. "Bien que ce soit gênant, c'est essentiel pour que chacun soit préservé et pour assurer la tranquillité d'esprit", a souligné le ministère. En outre, le tarif du visa passera de 40 à 100 dollars, les visiteurs ne pourront séjourner que dans les hôtels agréés par le ministère, et ne seront pas autorisés à utiliser les transports publics sur l'île. Seuls les séjours d'une durée minimale de cinq jours seront autorisés. Le secteur du tourisme au Sri Lanka commençait tout juste à se remettre des attentats terroristes du 21 avril 2019 qui avaient 279 morts dont 45 étrangers, lorsque l'épidémie de Covid-19 a mis un coup d'arrêt aux voyages et entraîné la fermeture des hôtels, privant d'emploi des dizaines de milliers de personnes. Onze morts et 1.800 cas de contamination ont été rapportés dans le pays depuis l'identification du premier cas le 27 janvier. Le nombre de touristes visitant le Sri Lanka avait atteint 1,91 million en 2019, en forte baisse par rapport aux 2,33 millions de touristes enregistrés l'année précédente. (Belga)