"Ce refus est motivé par une erreur administrative qui remonte au début de la procédure en 2018, à savoir le non-respect d'un délai de rigueur par les services de l'administration communale", explique la Ville de Spa. En 2018, alors que le conseil communal avait marqué son accord pour la poursuite de la procédure, l'administration a pris trois mois pour notifier cette décision aux promoteurs, dépassant ainsi le délai légal de 60 jours. Ladite notification a en effet été envoyée le 14 août alors qu'elle aurait dû être transmise avant le 21 juillet 2018. C'est donc sur la forme que le ministre a recalé le projet, et non sur le fond. La Ville de Spa reste toutefois déterminée à accompagner efficacement une nouvelle procédure et tentera d'affiner davantage le schéma "au regard des remarques émises lors de l'enquête publique, principalement en ce qui concerne la mobilité, le cadre naturel et l'intégration dans l'habitat existant", indique l'échevin de l'Environnement Yoann Frédéric. (Belga)

"Ce refus est motivé par une erreur administrative qui remonte au début de la procédure en 2018, à savoir le non-respect d'un délai de rigueur par les services de l'administration communale", explique la Ville de Spa. En 2018, alors que le conseil communal avait marqué son accord pour la poursuite de la procédure, l'administration a pris trois mois pour notifier cette décision aux promoteurs, dépassant ainsi le délai légal de 60 jours. Ladite notification a en effet été envoyée le 14 août alors qu'elle aurait dû être transmise avant le 21 juillet 2018. C'est donc sur la forme que le ministre a recalé le projet, et non sur le fond. La Ville de Spa reste toutefois déterminée à accompagner efficacement une nouvelle procédure et tentera d'affiner davantage le schéma "au regard des remarques émises lors de l'enquête publique, principalement en ce qui concerne la mobilité, le cadre naturel et l'intégration dans l'habitat existant", indique l'échevin de l'Environnement Yoann Frédéric. (Belga)