La police était intervenue mardi en début d'après-midi pour disperser les quelque 250 personnes rassemblées devant l'école. Demain/mercredi 1er mai, jour de la fête du travail, l'école était de toute façon fermée mais elle le restera donc aussi les jeudi 2 et vendredi 3 mai. "Il est nécessaire de faire revenir le calme, tant pour les enfants que pour le personnel de l'école", selon M. Clerfayt. "Les manifestants se sont montrés si violents qu'il n'a pas été possible de maintenir le calme. Nous devons faire en sorte que tous les parents regagnent confiance en l'école. Nous gardons contact avec eux et avec la communauté."

Jeudi dernier en fin d'après-midi, la maman d'une fillette de 4 ans, inscrite à l'école communale n°1 de Schaerbeek, avait récupéré cette dernière après l'école et remarqué des saignements au niveau de ses parties intimes. Les premiers éléments d'enquête indiquent qu'il n'y a pas eu abus sexuel, a informé le parquet de Bruxelles, mardi en fin de matinée. "Aucun fait de moeurs et aucune autre violence n'a été commis", a précisé Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles, indiquant qu'il ressort des examens médicaux que la fillette a eu une infection qui provoque des saignements.

La police était intervenue mardi en début d'après-midi pour disperser les quelque 250 personnes rassemblées devant l'école. Demain/mercredi 1er mai, jour de la fête du travail, l'école était de toute façon fermée mais elle le restera donc aussi les jeudi 2 et vendredi 3 mai. "Il est nécessaire de faire revenir le calme, tant pour les enfants que pour le personnel de l'école", selon M. Clerfayt. "Les manifestants se sont montrés si violents qu'il n'a pas été possible de maintenir le calme. Nous devons faire en sorte que tous les parents regagnent confiance en l'école. Nous gardons contact avec eux et avec la communauté." Jeudi dernier en fin d'après-midi, la maman d'une fillette de 4 ans, inscrite à l'école communale n°1 de Schaerbeek, avait récupéré cette dernière après l'école et remarqué des saignements au niveau de ses parties intimes. Les premiers éléments d'enquête indiquent qu'il n'y a pas eu abus sexuel, a informé le parquet de Bruxelles, mardi en fin de matinée. "Aucun fait de moeurs et aucune autre violence n'a été commis", a précisé Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles, indiquant qu'il ressort des examens médicaux que la fillette a eu une infection qui provoque des saignements.