Agé aujourd'hui de 72 ans, Omar el-Béchir est au pouvoir au Soudan depuis 1989. Il a remporté les dernières élections, en avril 2015, alors qu'il est depuis 2009 sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide dans le conflit au Darfour (ouest du Soudan), qui a fait plus de 300.000 morts. Il persiste à nier les estimations des Nations Unies, qui affirment que plus de 2,5 millions de personnes ont été déplacées depuis 2003 par le conflit toujours en cours dans le pays. Selon le président, les Nations Unies ainsi que les travailleurs humanitaires devraient quitter le Darfour, où il estime que la paix est rétablie, au contraire de la communauté internationale. Dans cette région, les combats opposent les troupes du pouvoir à des groupes rebelles qui l'accusent de répression envers la population non-arabe qui y habite. (Belga)

Agé aujourd'hui de 72 ans, Omar el-Béchir est au pouvoir au Soudan depuis 1989. Il a remporté les dernières élections, en avril 2015, alors qu'il est depuis 2009 sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide dans le conflit au Darfour (ouest du Soudan), qui a fait plus de 300.000 morts. Il persiste à nier les estimations des Nations Unies, qui affirment que plus de 2,5 millions de personnes ont été déplacées depuis 2003 par le conflit toujours en cours dans le pays. Selon le président, les Nations Unies ainsi que les travailleurs humanitaires devraient quitter le Darfour, où il estime que la paix est rétablie, au contraire de la communauté internationale. Dans cette région, les combats opposent les troupes du pouvoir à des groupes rebelles qui l'accusent de répression envers la population non-arabe qui y habite. (Belga)