Actuel ministre des Mines dans le gouvernement d'union nationale, Taban Deng avait été désigné samedi par une partie des responsables de l'ex-rébellion pour occuper les fonctions de vice-président, si Riek Machar ne revenait pas à Juba. Sa nomination ne fait que confirmer les dissensions qui agitent l'ex-rébellion, et dont a su jouer le président Kiir, qui a réussi à mettre sur la touche, au moins provisoirement, son principal rival. Riek Machar, qui bénéficie encore du soutien de nombreux cadres de l'ex-rébellion, s'était employé à l'avance à rejeter la validité d'une nomination de Taban Deng au poste-de vice-président. Vendredi, il avait en effet démis ce dernier de ses fonctions ministérielles. (Belga)

Actuel ministre des Mines dans le gouvernement d'union nationale, Taban Deng avait été désigné samedi par une partie des responsables de l'ex-rébellion pour occuper les fonctions de vice-président, si Riek Machar ne revenait pas à Juba. Sa nomination ne fait que confirmer les dissensions qui agitent l'ex-rébellion, et dont a su jouer le président Kiir, qui a réussi à mettre sur la touche, au moins provisoirement, son principal rival. Riek Machar, qui bénéficie encore du soutien de nombreux cadres de l'ex-rébellion, s'était employé à l'avance à rejeter la validité d'une nomination de Taban Deng au poste-de vice-président. Vendredi, il avait en effet démis ce dernier de ses fonctions ministérielles. (Belga)