Le Soudan connaît une transition difficile depuis l'éviction en avril 2019 de l'ex-autocrate Omar el-Béchir sous la pression de la rue, après 30 ans de règne sans partage. Le pays est actuellement dirigé par un Conseil souverain composé de civils et de militaires, censé assurer la transition vers un pouvoir civil. Selon un correspondant de l'AFP, de nombreux manifestants sont venus dans la capitale en prenant le train depuis d'autres régions du pays. Certains ont lancé des pierres sur les forces de sécurité, qui ont eu recours à des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. "L'objectif principal de notre révolution est la mise en place d'un gouvernement civil et d'un pays démocratique, et nous n'en démordrons pas", a affirmé à l'AFP Salima Youssef, une des manifestantes. Selon des témoins, le rassemblement a été organisé en soutien au Conseil souverain après la tentative de putsch manquée. Le 21 septembre, le gouvernement soudanais avait affirmé avoir déjoué un coup d'Etat manqué impliquant des responsables civils et militaires de l'ancien régime d'Omar el-Béchir. Onze officiers ainsi que des civils ont été arrêtés. (Belga)

Le Soudan connaît une transition difficile depuis l'éviction en avril 2019 de l'ex-autocrate Omar el-Béchir sous la pression de la rue, après 30 ans de règne sans partage. Le pays est actuellement dirigé par un Conseil souverain composé de civils et de militaires, censé assurer la transition vers un pouvoir civil. Selon un correspondant de l'AFP, de nombreux manifestants sont venus dans la capitale en prenant le train depuis d'autres régions du pays. Certains ont lancé des pierres sur les forces de sécurité, qui ont eu recours à des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. "L'objectif principal de notre révolution est la mise en place d'un gouvernement civil et d'un pays démocratique, et nous n'en démordrons pas", a affirmé à l'AFP Salima Youssef, une des manifestantes. Selon des témoins, le rassemblement a été organisé en soutien au Conseil souverain après la tentative de putsch manquée. Le 21 septembre, le gouvernement soudanais avait affirmé avoir déjoué un coup d'Etat manqué impliquant des responsables civils et militaires de l'ancien régime d'Omar el-Béchir. Onze officiers ainsi que des civils ont été arrêtés. (Belga)