Le programme de jeudi prévoyait que les dirigeants discutent du climat, et de l'ambition du "Pacte vert" présenté la veille par Ursula von der Leyen, dans l'après-midi, avant d'aborder le budget pluriannuel de l'UE, l'autre pièce maîtresse du sommet, lors du dîner. Mais les exigences de la Pologne et de la République tchèque rendent les discussions difficiles, pour parvenir à un texte qui formaliserait l'engagement européen de neutralité carbone pour 2050 sans effrayer les pays de l'Est qui sont encore fort attachés aux énergies fossiles. Résultat: l'agenda a été chamboulé. La conférence de presse envisagée avant le dîner est passée à la trappe, et le repas, tardif (servi à 22H00 selon le média Politico), a été entamé avec toujours le climat en toile de fond. Finalement, le budget pluriannuel a été abordé, puis les affaires extérieures, avant que l'on ne reprenne la discussion sur l'ambition climatique du Vieux Continent. (Belga)

Le programme de jeudi prévoyait que les dirigeants discutent du climat, et de l'ambition du "Pacte vert" présenté la veille par Ursula von der Leyen, dans l'après-midi, avant d'aborder le budget pluriannuel de l'UE, l'autre pièce maîtresse du sommet, lors du dîner. Mais les exigences de la Pologne et de la République tchèque rendent les discussions difficiles, pour parvenir à un texte qui formaliserait l'engagement européen de neutralité carbone pour 2050 sans effrayer les pays de l'Est qui sont encore fort attachés aux énergies fossiles. Résultat: l'agenda a été chamboulé. La conférence de presse envisagée avant le dîner est passée à la trappe, et le repas, tardif (servi à 22H00 selon le média Politico), a été entamé avec toujours le climat en toile de fond. Finalement, le budget pluriannuel a été abordé, puis les affaires extérieures, avant que l'on ne reprenne la discussion sur l'ambition climatique du Vieux Continent. (Belga)