"Il faudra effectivement payer l'addition, il n'y aura pas de Brexit gratuit; quand on prend une décision, il faut en assumer les conséquences", a-t-il indiqué, alors que les dirigeants européens doivent approuver dans l'après-midi les orientations de négociations avec le Royaume-Uni. Ces orientations prévoient une première phase de négociations lors de laquelle devraient être discutés les droits des citoyens européens et britanniques et la facture à acquitter par les Britanniques avant leur départ. "Je suis très satisfait qu'en quelques semaines seulement, on ait réussi à s'accorder à 27 sur un plan de départ pour cette négociation, alors qu'il a fallu de très très nombreux mois et beaucoup de rebondissements pour s'accorder sur une simple lettre", côté britannique, pour activer l'article 50 qui lance les négociations de sortie du Royaume-Uni de l'UE, a souligné le Premier ministre. Charles Michel a assuré que tout le gouvernement fédéral était sur la même longueur d'ondes face à ces négociations et qu'il veillait aussi à une bonne coordination avec les entités fédérées au comité de concertation. (Belga)

"Il faudra effectivement payer l'addition, il n'y aura pas de Brexit gratuit; quand on prend une décision, il faut en assumer les conséquences", a-t-il indiqué, alors que les dirigeants européens doivent approuver dans l'après-midi les orientations de négociations avec le Royaume-Uni. Ces orientations prévoient une première phase de négociations lors de laquelle devraient être discutés les droits des citoyens européens et britanniques et la facture à acquitter par les Britanniques avant leur départ. "Je suis très satisfait qu'en quelques semaines seulement, on ait réussi à s'accorder à 27 sur un plan de départ pour cette négociation, alors qu'il a fallu de très très nombreux mois et beaucoup de rebondissements pour s'accorder sur une simple lettre", côté britannique, pour activer l'article 50 qui lance les négociations de sortie du Royaume-Uni de l'UE, a souligné le Premier ministre. Charles Michel a assuré que tout le gouvernement fédéral était sur la même longueur d'ondes face à ces négociations et qu'il veillait aussi à une bonne coordination avec les entités fédérées au comité de concertation. (Belga)