Les dirigeants européens doivent se pencher sur plusieurs dossiers très différents: la politique européenne de Défense, l'Europe sociale, les négociations du Brexit - la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne - et la migration. Mais s'ils sont d'accord sur certains sujets, d'autres, comme la migration ou l'approfondissement de l'Union économique et monétaire, sont plus sensibles. La migration est même qualifié par un diplomate européen de "sujet nitroglycérine, qui peut exploser quand on le touche". Le président du Conseil européen s'est montré plutôt grave à son arrivée au sommet. "Aujourd'hui, nous lançons la Pesco, le projet ambitieux, inclusif et pragmatique dans le domaine de la Défense; demain, nous conclurons notre première phase de négociations sur le Brexit", a-t-il relevé. "Ces deux accomplissements ont demandé du courage, du réalisme, mais surtout notre unité." "Aujourd'hui et demain, nous traiterons aussi de problèmes où le manque d'unité est très visible", a-t-il poursuivi, constatant "une division Nord-Sud" dans le dossier de l'approfondissement de l'Union économique et monétaire et une "division est-ouest" dans celui de la migration. "Ces divisions sont aggravées par les émotions, qui rendent difficile le fait de trouver une langue commune et des arguments rationnels. C'est pourquoi nous devrions travailler sur notre unité plus intensément et efficacement qu'auparavant." (Belga)

Les dirigeants européens doivent se pencher sur plusieurs dossiers très différents: la politique européenne de Défense, l'Europe sociale, les négociations du Brexit - la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne - et la migration. Mais s'ils sont d'accord sur certains sujets, d'autres, comme la migration ou l'approfondissement de l'Union économique et monétaire, sont plus sensibles. La migration est même qualifié par un diplomate européen de "sujet nitroglycérine, qui peut exploser quand on le touche". Le président du Conseil européen s'est montré plutôt grave à son arrivée au sommet. "Aujourd'hui, nous lançons la Pesco, le projet ambitieux, inclusif et pragmatique dans le domaine de la Défense; demain, nous conclurons notre première phase de négociations sur le Brexit", a-t-il relevé. "Ces deux accomplissements ont demandé du courage, du réalisme, mais surtout notre unité." "Aujourd'hui et demain, nous traiterons aussi de problèmes où le manque d'unité est très visible", a-t-il poursuivi, constatant "une division Nord-Sud" dans le dossier de l'approfondissement de l'Union économique et monétaire et une "division est-ouest" dans celui de la migration. "Ces divisions sont aggravées par les émotions, qui rendent difficile le fait de trouver une langue commune et des arguments rationnels. C'est pourquoi nous devrions travailler sur notre unité plus intensément et efficacement qu'auparavant." (Belga)