Nous sommes de plus en plus confrontés au désir de mourir d'octogénaires et de nonagénaires. Ils ne veulent pas continuer parce qu'ils sont esseulés, qu'ils se sentent inutiles ou qu'ils en ont tout simplement assez. Et la situation ne risque pas de s'améliorer quand la génération de baby-boomers émancipés et exigeants atteindra cet âge.
...