Quelque 5.000 personnes se retrouvent dans cette catégorie parce que le problème dont elles souffrent ne leur permet pas de bénéficier d'une indemnité de maladie mais entrave considérablement leur recherche d'un emploi. En 2016, les syndicats avaient interpellé le ministre afin qu'il trouve une solution. Le gouvernement précédent a limité à trois ans la durée au cours de laquelle un chômeur peut bénéficier d'une allocation d'insertion. Or, la plupart des "MMPP" bénéficient de cette allocation. En 2017, le droit à cette allocation a été prolongé jusqu'à la fin 2019. Passé cette date, une solution structurelle devait être trouvée. "Nous n'abandonnons pas ces gens et nous les accompagnons vers l'emploi", a expliqué M. Peeters qui a reçu mercredi une délégation de ces demandeurs assistés par la CSC. Plusieurs témoins ont expliqué leur situation. Même s'ils cherchent activement un emploi, suivent des formations et des stages, ils risquent tout de même de perdre leur allocation. Une solution a été élaborée en concertation avec les Régions. A l'issue des trois ans, ces personnes bénéficieront d'un statut particulier "MMPP" qui sera attribué par les services régionaux de l'emploi (Forem, Actiris, VDAB) sur la base de "l'International Classification of Functioning Disability Health" (ICF). Cette outil scientifique international permet de situer les personnes dans leur éloignement à l'égard de l'emploi et de suivre leur évolution. Le statut est accordé pendant deux ans, renouvelable après un contrôle. Il est assorti d'un accompagnement adapté et place le demandeur d'emploi dans une situation de disponibilité passive par rapport au marché de l'emploi. Durant cette période, le demandeur a droit à des allocations de sauvegarde du même montant que les allocations d'insertion. S'il devient disponible sur le marché de l'emploi, il peut recevoir cette allocation pendant une période supplémentaire de deux ans maximum afin de lui permettre de trouver un travail. Le nouveau statut sera mis en oeuvre à partir du 1er juillet. Une période de transition est prévue jusqu'à la fin de l'année. (Belga)