Ce vaste coup de filet, qui concerne surtout la région pauvre des Appalaches, intervient en pleine crise sanitaire aux Etats-Unis autour de ces médicaments anti-douleurs. Sur-prescrits pendant des années, ils ont généré une dépendance croissante et poussé les consommateurs vers des drogues dures comme le fentanyl et l'héroïne. En conséquence, les overdoses ont explosé, tuant 70.000 Américains en 2017, soit 10% de plus qu'en 2016. "L'épidémie liée aux opiacés est la crise liée aux drogues la plus mortelle de l'histoire américaine, et les Appalaches en ont peut-être plus souffert qu'aucune autre région", a déploré le ministre de la Justice Bill Barr, cité dans un communiqué. Parmi les personnes inculpées figure un médecin du Tennessee qui a prescrit 1,4 million de pilules d'opiacés en trois ans, en échange de relations sexuelles, selon ce communiqué. Sur la même période, un pharmacie de l'Ohio a remis 1,75 million de comprimés avec la complicité de pharmaciens et de docteurs. En Alabama, un médecin imposait une "taxe" de 50 dollars par mois à des patients dépendants pour continuer à leur délivrer des prescriptions d'opiacés. Les poursuites révélées mercredi s'inscrivent dans un effort soutenu des autorités américaines pour mettre un terme aux abus, qui passent aussi par des procédures contre les fabricants et distributeurs d'opiacés. (Belga)

Ce vaste coup de filet, qui concerne surtout la région pauvre des Appalaches, intervient en pleine crise sanitaire aux Etats-Unis autour de ces médicaments anti-douleurs. Sur-prescrits pendant des années, ils ont généré une dépendance croissante et poussé les consommateurs vers des drogues dures comme le fentanyl et l'héroïne. En conséquence, les overdoses ont explosé, tuant 70.000 Américains en 2017, soit 10% de plus qu'en 2016. "L'épidémie liée aux opiacés est la crise liée aux drogues la plus mortelle de l'histoire américaine, et les Appalaches en ont peut-être plus souffert qu'aucune autre région", a déploré le ministre de la Justice Bill Barr, cité dans un communiqué. Parmi les personnes inculpées figure un médecin du Tennessee qui a prescrit 1,4 million de pilules d'opiacés en trois ans, en échange de relations sexuelles, selon ce communiqué. Sur la même période, un pharmacie de l'Ohio a remis 1,75 million de comprimés avec la complicité de pharmaciens et de docteurs. En Alabama, un médecin imposait une "taxe" de 50 dollars par mois à des patients dépendants pour continuer à leur délivrer des prescriptions d'opiacés. Les poursuites révélées mercredi s'inscrivent dans un effort soutenu des autorités américaines pour mettre un terme aux abus, qui passent aussi par des procédures contre les fabricants et distributeurs d'opiacés. (Belga)