Le compteur affichait exactement 6.000.333 consentements ce lundi, contre 35.000 au début de la législature fin 2014, selon la plate-forme eHealth. Le nombre d'autorisations avait atteint la barre du million fin mai 2015 et dépassé les 5 millions au début de cette année. Ces personnes ont autorisé l'accès à leurs données médicales aux prestataires de soins avec qui ils ont une relation thérapeutique. Le médecin de leur mutualité, le médecin d'assurance ou encore le médecin du travail ne peuvent pas consulter ces données. Le consentement à l'échange de données médicales par voie électronique permet d'établir des diagnostics rapidement, d'éviter la répétition d'examens similaires et de faire des économies, selon la ministre. "En tant que patient, on a tout intérêt à ce qu'un prestataire de soins ait accès aux informations pertinentes les plus récentes du dossier médical", ajoute-t-elle. "Ainsi, on a la certitude qu'il dispose bien de toutes les données nécessaires permettant d'établir rapidement le bon diagnostic, même si c'est la toute première fois qu'il nous examine." (Belga)

Le compteur affichait exactement 6.000.333 consentements ce lundi, contre 35.000 au début de la législature fin 2014, selon la plate-forme eHealth. Le nombre d'autorisations avait atteint la barre du million fin mai 2015 et dépassé les 5 millions au début de cette année. Ces personnes ont autorisé l'accès à leurs données médicales aux prestataires de soins avec qui ils ont une relation thérapeutique. Le médecin de leur mutualité, le médecin d'assurance ou encore le médecin du travail ne peuvent pas consulter ces données. Le consentement à l'échange de données médicales par voie électronique permet d'établir des diagnostics rapidement, d'éviter la répétition d'examens similaires et de faire des économies, selon la ministre. "En tant que patient, on a tout intérêt à ce qu'un prestataire de soins ait accès aux informations pertinentes les plus récentes du dossier médical", ajoute-t-elle. "Ainsi, on a la certitude qu'il dispose bien de toutes les données nécessaires permettant d'établir rapidement le bon diagnostic, même si c'est la toute première fois qu'il nous examine." (Belga)