" Ici est un soldat, entièrement défiguré, dont la langue sort démesurément de sa mâchoire déchirée et brisée ; il s'agite et veut se lever, j'arrose d'eau fraîche ses lèvres desséchées et sa langue durcie [...] et je presse l'eau de cette éponge dans l'ouverture informe qui remplace sa bouche. Là est un autre malheureux dont une partie de la face a été enlevée par un coup de sabre : le nez, les lèvres, le menton ont été séparés du reste de la figure ; dans l'impossibilité de parler et à moitié aveuglé il fait des signes avec la main, et par cette pantomime navrante, accompagnée de sons gutturaux, il attire sur lui l'attention. [...] Un troisième, le crâne largement ouvert, expire en répandant ses cervelles sur les dalles de l'église ; ses compagnons d'infortune le repoussent du pied parce qu'il gêne le passage, je protège ses derniers moments et recouvre d'un mouchoir sa pauvre tête qu'il remue encore faiblement. "
...