La libération provisoire de Fouad Belkacem par la chambre du conseil d'Anvers dépend du respect par le porte-parole du mouvement extrémiste Shariah4Belgium des conditions très strictes de sa libération, a déclaré Walter Daemen, l'un de ses avocats. "Dans ces conditions, Fouad Belkacem a interdiction d'apparaître dans la presse ou sur internet, et ne peut plus avoir de contacts avec les membres de Shariah4Belgium", a-t-il ajouté.

"Les mesures alternatives à la détention provisoire, que nous avions déjà proposées il y a quelques semaines, sont très strictes. La chambre du conseil a manifestement suivi notre raisonnement selon lequel le maintien en prison n'était plus nécessaire", a encore déclaré Walter Daemen.

La décision de la chambre du conseil ne porte que sur la détention de Fouad Belkacem faisant suite à la diffusion d'un message vidéo dans lequel il appelait à l'action violente, après un contrôle d'identité d'une femme portant le niqab qui avait dégénéré. Il avait été arrêté quelques jours plus tard pour incitation à la haine, à la violence et à la discrimination envers les non-musulmans.

Le porte-parole de Shariah4Belgium fait toujours l'objet d'une condamnation à six mois de prison qu'il n'a pas purgée. Au mois de juin, juste après son arrestation, la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld), avait déclaré que cette peine devait être effectivement exécutée.

Le Vif.be, avec Belga

La libération provisoire de Fouad Belkacem par la chambre du conseil d'Anvers dépend du respect par le porte-parole du mouvement extrémiste Shariah4Belgium des conditions très strictes de sa libération, a déclaré Walter Daemen, l'un de ses avocats. "Dans ces conditions, Fouad Belkacem a interdiction d'apparaître dans la presse ou sur internet, et ne peut plus avoir de contacts avec les membres de Shariah4Belgium", a-t-il ajouté. "Les mesures alternatives à la détention provisoire, que nous avions déjà proposées il y a quelques semaines, sont très strictes. La chambre du conseil a manifestement suivi notre raisonnement selon lequel le maintien en prison n'était plus nécessaire", a encore déclaré Walter Daemen. La décision de la chambre du conseil ne porte que sur la détention de Fouad Belkacem faisant suite à la diffusion d'un message vidéo dans lequel il appelait à l'action violente, après un contrôle d'identité d'une femme portant le niqab qui avait dégénéré. Il avait été arrêté quelques jours plus tard pour incitation à la haine, à la violence et à la discrimination envers les non-musulmans. Le porte-parole de Shariah4Belgium fait toujours l'objet d'une condamnation à six mois de prison qu'il n'a pas purgée. Au mois de juin, juste après son arrestation, la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld), avait déclaré que cette peine devait être effectivement exécutée. Le Vif.be, avec Belga