Les anticorps sont des substances produites dans le sang à la suite d'une infection au virus. Ils peuvent rester dans l'organisme pendant des mois, voire des années, et indiquent si une personne a été exposée au virus. Le pourcentage de donneurs de sang ayant des anticorps est resté relativement stable à 16% au niveau national entre novembre et décembre. Les différences régionales étaient cependant frappantes. Ainsi, la Wallonie a observé pendant cette période une augmentation de 24 à 27% et Bruxelles est passée de 18 à 23%. En revanche, une faible diminution a été constatée en Flandre, qui passe de 12 à 9%. "Cela est sans aucun doute lié à une différence de circulation du virus pendant cette période dans les différentes régions", précise M. Van Gucht. Le nombre de professionnels de la santé ayant des anticorps a légèrement augmenté, passant de 17,4% en novembre à 19,7% en décembre. "En résumé, le nombre de personnes ayant des anticorps se situe donc autour des 20%, avec des fluctuations très importantes selon les régions, et sans aucun doute aussi selon l'activité et l'âge", souligne le virologue. "C'est encore loin d'être suffisant pour avoir une immunité collective, que nous espérons pouvoir atteindre dans les mois à venir grâce au vaccin". (Belga)

Les anticorps sont des substances produites dans le sang à la suite d'une infection au virus. Ils peuvent rester dans l'organisme pendant des mois, voire des années, et indiquent si une personne a été exposée au virus. Le pourcentage de donneurs de sang ayant des anticorps est resté relativement stable à 16% au niveau national entre novembre et décembre. Les différences régionales étaient cependant frappantes. Ainsi, la Wallonie a observé pendant cette période une augmentation de 24 à 27% et Bruxelles est passée de 18 à 23%. En revanche, une faible diminution a été constatée en Flandre, qui passe de 12 à 9%. "Cela est sans aucun doute lié à une différence de circulation du virus pendant cette période dans les différentes régions", précise M. Van Gucht. Le nombre de professionnels de la santé ayant des anticorps a légèrement augmenté, passant de 17,4% en novembre à 19,7% en décembre. "En résumé, le nombre de personnes ayant des anticorps se situe donc autour des 20%, avec des fluctuations très importantes selon les régions, et sans aucun doute aussi selon l'activité et l'âge", souligne le virologue. "C'est encore loin d'être suffisant pour avoir une immunité collective, que nous espérons pouvoir atteindre dans les mois à venir grâce au vaccin". (Belga)