C'est également la réponse donnée par la ministre sortante, en charge des consommateurs, Nathalie Muylle (CD&V), au député Roberto D'Amico (PVDA-PTB) qui relayait les plaintes formulées par des utilisateurs mécontents des services clientèle téléphoniques " où les temps d'attente sont souvent considérables ". Autre reproche : ces appels coûtent cher au consommateur. Le Code de droit économique, lui a répondu la ministre, prévoit déjà des règles interdisant l'usage d'un numéro payant dans le cadre de l'exécution d'un contrat avec une entreprise. Cela concerne notamment les appels relatifs à l'application de la garantie.

M.LA.