Une cinquantaine d'enquêteurs a fait irruption dimanche matin à des adresses où résidaient les trafiquants présumés. Lors de cette intervention, neuf suspects ont été privés de liberté. Une dixième personne a été interpellée pour rébellion. À deux adresses, les enquêteurs ont trouvé respectivement deux et six personnes en séjour illégal.

Il s'agit probablement de victimes en attente d'un transport imminent. Elles ont été remises à l'Office des étrangers. L'enquête se concentre sur des personnes soupçonnées de faire passer des migrants au Royaume-Uni ou de les y aider. Elle a débuté le 23 juillet lorsque la police a arrêté plusieurs personnes en séjour illégal lors d'une opération au parc Maximilien et à la gare de Bruxelles-Nord.

Du parc Maximilien, les victimes devaient prendre le train à Bruxelles-Nord pour Rochefort-Jemelle. De là, elles continuaient à pied, via d'anciennes voies de chemin de fer, jusqu'au parking de Wanlin sur la E411, un trajet d'environ 15 km. La bande cachait ensuite les victimes - d'origine soudanaise ou érythréenne - dans des camions. Pour leurs activités, les trafiquants auraient pu faire appel à des citoyens, dont on présume qu'ils apportaient leur aide (logement et transport) en toute connaissance de cause.

Ces derniers auraient gagné entre 500 et 2.500 euros par personne et en auraient passé une vingtaine par jour.

Une cinquantaine d'enquêteurs a fait irruption dimanche matin à des adresses où résidaient les trafiquants présumés. Lors de cette intervention, neuf suspects ont été privés de liberté. Une dixième personne a été interpellée pour rébellion. À deux adresses, les enquêteurs ont trouvé respectivement deux et six personnes en séjour illégal. Il s'agit probablement de victimes en attente d'un transport imminent. Elles ont été remises à l'Office des étrangers. L'enquête se concentre sur des personnes soupçonnées de faire passer des migrants au Royaume-Uni ou de les y aider. Elle a débuté le 23 juillet lorsque la police a arrêté plusieurs personnes en séjour illégal lors d'une opération au parc Maximilien et à la gare de Bruxelles-Nord. Du parc Maximilien, les victimes devaient prendre le train à Bruxelles-Nord pour Rochefort-Jemelle. De là, elles continuaient à pied, via d'anciennes voies de chemin de fer, jusqu'au parking de Wanlin sur la E411, un trajet d'environ 15 km. La bande cachait ensuite les victimes - d'origine soudanaise ou érythréenne - dans des camions. Pour leurs activités, les trafiquants auraient pu faire appel à des citoyens, dont on présume qu'ils apportaient leur aide (logement et transport) en toute connaissance de cause. Ces derniers auraient gagné entre 500 et 2.500 euros par personne et en auraient passé une vingtaine par jour.