Un enjeu de cette dernière consultation avant l'élection présidentielle de 2019 est de mesurer les forces du camp de Macky Sall. L'opposition entendait lui imposer "une cohabitation", mais a échoué à s'entendre sur une liste commune entre l'ex-président Wade (2000-2012), chef du Parti démocratique sénégalais (PDS), 91 ans, et le maire de Dakar, Khalifa Sall. En détention préventive pour détournement de fonds présumé depuis mars, ce dernier a dû faire campagne de sa cellule. Les premiers résultats de ce scrutin à un tour étaient attendus dans la nuit de dimanche à lundi, mais les pluies intenses qui ont repris à partir de la fin d'après-midi et dans la soirée ont retardé le dépouillement. De premiers résultats partiels et provisoires compilés par les médias créditaient néanmoins la liste du maire de Dakar d'une avance significative dans la capitale. Le vote devait se dérouler de 08H00 à 18H00 GMT, mais à Touba (centre), où les retards, dus aux violents orages et à l'absence des bulletins de certaines listes, ont été particulièrement longs, le gouverneur a repoussé à minuit la fermeture des bureaux. La coalition dirigée par Abdoulaye Wade a accusé Macky Sall d'avoir "organisé le chaos" dans les régions favorables à l'opposition. "Macky Sall s'est arrangé, il a donné des instructions pour que, dans tous les endroits où il pense que l'opposition va gagner, il n'y ait pas de vote", a déclaré l'ex-président, après avoir voté à Dakar. "Je demande à tous les électeurs qui ont voté de rester à leur bureau de vote jusqu'à la proclamation des résultats pour constater que ces résultats sont conformes à la réalité", a dit M. Wade, rentré au pays le 10 juillet pour faire campagne après plus de deux ans d'absence. A Touba, des partisans présumés de l'opposition ont saccagé un centre de vote. Selon un communiqué de la police, "147 bureaux de vote ont été saccagés" et trois candidats sur les listes de M. Wade ont été interpellés. Sur 165 sièges de l'Assemblée, élue pour cinq ans, 105, dont les 15 de la diaspora, seront pourvus au scrutin majoritaire, un système favorisant le parti arrivé premier dans chaque département, puisqu'il en raflera tous les sièges. Soixante autres sièges seront répartis à la proportionnelle. (Belga)

Un enjeu de cette dernière consultation avant l'élection présidentielle de 2019 est de mesurer les forces du camp de Macky Sall. L'opposition entendait lui imposer "une cohabitation", mais a échoué à s'entendre sur une liste commune entre l'ex-président Wade (2000-2012), chef du Parti démocratique sénégalais (PDS), 91 ans, et le maire de Dakar, Khalifa Sall. En détention préventive pour détournement de fonds présumé depuis mars, ce dernier a dû faire campagne de sa cellule. Les premiers résultats de ce scrutin à un tour étaient attendus dans la nuit de dimanche à lundi, mais les pluies intenses qui ont repris à partir de la fin d'après-midi et dans la soirée ont retardé le dépouillement. De premiers résultats partiels et provisoires compilés par les médias créditaient néanmoins la liste du maire de Dakar d'une avance significative dans la capitale. Le vote devait se dérouler de 08H00 à 18H00 GMT, mais à Touba (centre), où les retards, dus aux violents orages et à l'absence des bulletins de certaines listes, ont été particulièrement longs, le gouverneur a repoussé à minuit la fermeture des bureaux. La coalition dirigée par Abdoulaye Wade a accusé Macky Sall d'avoir "organisé le chaos" dans les régions favorables à l'opposition. "Macky Sall s'est arrangé, il a donné des instructions pour que, dans tous les endroits où il pense que l'opposition va gagner, il n'y ait pas de vote", a déclaré l'ex-président, après avoir voté à Dakar. "Je demande à tous les électeurs qui ont voté de rester à leur bureau de vote jusqu'à la proclamation des résultats pour constater que ces résultats sont conformes à la réalité", a dit M. Wade, rentré au pays le 10 juillet pour faire campagne après plus de deux ans d'absence. A Touba, des partisans présumés de l'opposition ont saccagé un centre de vote. Selon un communiqué de la police, "147 bureaux de vote ont été saccagés" et trois candidats sur les listes de M. Wade ont été interpellés. Sur 165 sièges de l'Assemblée, élue pour cinq ans, 105, dont les 15 de la diaspora, seront pourvus au scrutin majoritaire, un système favorisant le parti arrivé premier dans chaque département, puisqu'il en raflera tous les sièges. Soixante autres sièges seront répartis à la proportionnelle. (Belga)