La décision annoncée dans des communiqués par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) concerne les chaînes Sen TV et Walf TV. Elle prend effet de ce jeudi à 17H00 (GMT et locales) à dimanche à la même heure, a indiqué le CNRA. Le CNRA avait lancé mercredi soir une mise en garde aux médias contre la diffusion de contenus faisant "explicitement ou implicitement l'apologie de la violence", incitant à des troubles à l'ordre public, ou "de nature à constituer une menace sur la stabilité nationale ou la cohésion sociale". Il avait montré du doigt Sen TV et Walf TV, ainsi qu'une troisième télévision, les accusant de diffuser "des appels répétés au soulèvement populaire" et "des images d'insurrection en boucle". Il les avait mises en demeure de cesser "immédiatement cette couverture irresponsable", sous peine d'être suspendues pour 72 heures, voire plus en cas de récidive. Sen TV et Walf TV ont "persisté dans (leur) logique de violation de la réglementation en diffusant en boucle des images de violence", dit le CNRA dans les communiqués annonçant la suspension jeudi. (Belga)

La décision annoncée dans des communiqués par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) concerne les chaînes Sen TV et Walf TV. Elle prend effet de ce jeudi à 17H00 (GMT et locales) à dimanche à la même heure, a indiqué le CNRA. Le CNRA avait lancé mercredi soir une mise en garde aux médias contre la diffusion de contenus faisant "explicitement ou implicitement l'apologie de la violence", incitant à des troubles à l'ordre public, ou "de nature à constituer une menace sur la stabilité nationale ou la cohésion sociale". Il avait montré du doigt Sen TV et Walf TV, ainsi qu'une troisième télévision, les accusant de diffuser "des appels répétés au soulèvement populaire" et "des images d'insurrection en boucle". Il les avait mises en demeure de cesser "immédiatement cette couverture irresponsable", sous peine d'être suspendues pour 72 heures, voire plus en cas de récidive. Sen TV et Walf TV ont "persisté dans (leur) logique de violation de la réglementation en diffusant en boucle des images de violence", dit le CNRA dans les communiqués annonçant la suspension jeudi. (Belga)