Samedi à l'aube, un pêcheur a appelé les secours après avoir aperçu un corps flottant sur le canal Charleroi-Bruxelles à Seneffe, à hauteur de la route du Quai. L'examen externe, puis l'autopsie, ont rapidement conclu à un homicide puisque des traces de coups ont été décelées sur le visage et à l'arrière du crâne de la victime. Cette dernière n'étant pas identifiée, la PJF de Charleroi et le juge d'instruction ont lancé un appel à témoins, le lundi 14 août, en publiant les photos des vêtements et des bijoux de la quadragénaire, ainsi que celle du tatouage qu'elle portait à la cheville droite. Il semble qu'une connaissance l'a reconnue et prévenu les forces de l'ordre. Forts de cette identification, les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à un suspect, à savoir le compagnon de la victime, âgé de 32 ans. Interrogé ce jeudi, il a été présenté au juge d'instruction dans la soirée, indique le parquet de Charleroi sans fournir d'autres précisions à ce stade. (Belga)

Samedi à l'aube, un pêcheur a appelé les secours après avoir aperçu un corps flottant sur le canal Charleroi-Bruxelles à Seneffe, à hauteur de la route du Quai. L'examen externe, puis l'autopsie, ont rapidement conclu à un homicide puisque des traces de coups ont été décelées sur le visage et à l'arrière du crâne de la victime. Cette dernière n'étant pas identifiée, la PJF de Charleroi et le juge d'instruction ont lancé un appel à témoins, le lundi 14 août, en publiant les photos des vêtements et des bijoux de la quadragénaire, ainsi que celle du tatouage qu'elle portait à la cheville droite. Il semble qu'une connaissance l'a reconnue et prévenu les forces de l'ordre. Forts de cette identification, les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à un suspect, à savoir le compagnon de la victime, âgé de 32 ans. Interrogé ce jeudi, il a été présenté au juge d'instruction dans la soirée, indique le parquet de Charleroi sans fournir d'autres précisions à ce stade. (Belga)