"Je n'ai pas de difficulté à permettre, au sein de la Fonction publique, à un nombre limité d'agents exerçant des fonctions reconnues pénibles, au-delà d'un certain âge, à diminuer leur temps de travail sans perte de salaire avec embauche compensatoire, car cela permettra du tutorat et luttera contre les absentéismes excessifs", a-t-il écrit dernièrement sur le réseau social Facebook, évoquant la nécessité d'autres "garde-fous". Il y voit une différence avec ce que le président du PS Elio Di Rupo a proposé. "Il veut ériger en principe général ce mécanisme de 100% de salaire pour 80% de travail, et ce y compris dans le secteur privé ! Or, au vu de la charge que représentent déjà aujourd'hui les salaires pour nos PME et leur compétitivité, c'est de la folie ! Ce n'est pas non plus un message consolidant la valeur du travail et le sens de l'effort", selon Maxime Prévot. (Belga)

"Je n'ai pas de difficulté à permettre, au sein de la Fonction publique, à un nombre limité d'agents exerçant des fonctions reconnues pénibles, au-delà d'un certain âge, à diminuer leur temps de travail sans perte de salaire avec embauche compensatoire, car cela permettra du tutorat et luttera contre les absentéismes excessifs", a-t-il écrit dernièrement sur le réseau social Facebook, évoquant la nécessité d'autres "garde-fous". Il y voit une différence avec ce que le président du PS Elio Di Rupo a proposé. "Il veut ériger en principe général ce mécanisme de 100% de salaire pour 80% de travail, et ce y compris dans le secteur privé ! Or, au vu de la charge que représentent déjà aujourd'hui les salaires pour nos PME et leur compétitivité, c'est de la folie ! Ce n'est pas non plus un message consolidant la valeur du travail et le sens de l'effort", selon Maxime Prévot. (Belga)