Le tremblement de terre s'est produit à 22H15 locales (08H15 en Belgique jeudi) à 91 km au sud-est de la localité de Perryville, située à quelque 800 km d'Anchorage, la plus grande ville de l'Alaska, selon l'USGS. Le système américain d'alerte aux tsunamis a lancé une alerte pour le sud de l'Alaska et la péninsule d'Alaska. Dans un communiqué, il a mis en garde contre des "vagues de tsunami dangereuses" le long de certaines côtes, avant de préciser deux heures plus tard que ces vagues resteraient inférieures à 30 centimètres au-dessus du niveau de la marée. Les sirènes d'alerte au tsunami ont retenti à Kodiak, une île d'environ 6.000 habitants sur la côte, mais aucun tsunami n'y a été signalé selon la radio locale, KMXT. Des vidéos postées sur les médias sociaux par des journalistes et des habitants de Kodiak ont montré des gens s'éloignant de la côte en voiture alors que les sirènes d'alerte étaient entendues. Une veille de tsunami a été initialement émise pour Hawaï, les résidents devant rester éloignés des plages, mais elle a été levée environ deux heures plus tard. Cinq répliques ont été enregistrées dans les 90 minutes suivant le séisme, la plus importante d'une magnitude de 6,2, selon l'USGS. En octobre 2020, une alerte au tsunami avait été déclenchée à la suite d'un séisme de magnitude 7,5 survenu au large des côtes de cet Etat américain, mais le séisme n'a pas fait de victime ni de dégâts majeurs, dans une zone très isolée et peu peuplée. L'Alaska fait partie de la ceinture de feu du Pacifique, zone très active pour les séismes et qui s'étend du golfe d'Alaska à la péninsule russe du Kamtchatka. Le 27 mars 1964, un séisme de magnitude 9,2, le plus violent jamais enregistré aux États-Unis et dans le monde, avait frappé la région d'Anchorage. Il avait duré plusieurs minutes et provoqué un raz-de-marée destructeur sur toute la côte ouest américaine, faisant au total plus de 250 victimes. (Belga)

Le tremblement de terre s'est produit à 22H15 locales (08H15 en Belgique jeudi) à 91 km au sud-est de la localité de Perryville, située à quelque 800 km d'Anchorage, la plus grande ville de l'Alaska, selon l'USGS. Le système américain d'alerte aux tsunamis a lancé une alerte pour le sud de l'Alaska et la péninsule d'Alaska. Dans un communiqué, il a mis en garde contre des "vagues de tsunami dangereuses" le long de certaines côtes, avant de préciser deux heures plus tard que ces vagues resteraient inférieures à 30 centimètres au-dessus du niveau de la marée. Les sirènes d'alerte au tsunami ont retenti à Kodiak, une île d'environ 6.000 habitants sur la côte, mais aucun tsunami n'y a été signalé selon la radio locale, KMXT. Des vidéos postées sur les médias sociaux par des journalistes et des habitants de Kodiak ont montré des gens s'éloignant de la côte en voiture alors que les sirènes d'alerte étaient entendues. Une veille de tsunami a été initialement émise pour Hawaï, les résidents devant rester éloignés des plages, mais elle a été levée environ deux heures plus tard. Cinq répliques ont été enregistrées dans les 90 minutes suivant le séisme, la plus importante d'une magnitude de 6,2, selon l'USGS. En octobre 2020, une alerte au tsunami avait été déclenchée à la suite d'un séisme de magnitude 7,5 survenu au large des côtes de cet Etat américain, mais le séisme n'a pas fait de victime ni de dégâts majeurs, dans une zone très isolée et peu peuplée. L'Alaska fait partie de la ceinture de feu du Pacifique, zone très active pour les séismes et qui s'étend du golfe d'Alaska à la péninsule russe du Kamtchatka. Le 27 mars 1964, un séisme de magnitude 9,2, le plus violent jamais enregistré aux États-Unis et dans le monde, avait frappé la région d'Anchorage. Il avait duré plusieurs minutes et provoqué un raz-de-marée destructeur sur toute la côte ouest américaine, faisant au total plus de 250 victimes. (Belga)