Le quotidien El País a notamment rapporté mardi le chiffre de 90 décès, communiqué par les autorités. Le bilan devrait, selon toute vraisemblance, continuer de grimper, notamment avec les recherches de cadavres et survivants parmi les décombres de plusieurs bâtiments de plusieurs étages qui se sont effondrés à la suite de la secousse, à Mexico City. La capitale a vu au moins 27 immeubles détruits. Environ 3,8 millions d'habitants ont par ailleurs perdu tout courant électrique, selon l'entreprise CFE. Les Etats de Puebla, où l'épicentre du tremblement de terre a été situé, de Morelos et de Mexico, ainsi que la capitale Ciudad de Mexico, semblent principalement avoir été touchés. Des vidéos témoignant de la violence des secousses, d'explosions ou d'effondrements de bâtiments étaient publiées sur les réseaux sociaux. Sur des images publiées par des touristes naviguant sur des barques à Xochimilco, zone lacustre du sud de Mexico, on pouvait voir de fortes vagues se former sur ces canaux d'ordinaire calmes. Plusieurs institutions de la capitale, dont l'aéroport international de Mexico ou l'université nationale autonome de Mexico (Unam) ont annoncé sur leur compte Twitter la suspension de leurs activités pour inspecter les bâtiments. Les écoles à Mexico et à Puebla ont été évacuées et fermées. (Belga)

Le quotidien El País a notamment rapporté mardi le chiffre de 90 décès, communiqué par les autorités. Le bilan devrait, selon toute vraisemblance, continuer de grimper, notamment avec les recherches de cadavres et survivants parmi les décombres de plusieurs bâtiments de plusieurs étages qui se sont effondrés à la suite de la secousse, à Mexico City. La capitale a vu au moins 27 immeubles détruits. Environ 3,8 millions d'habitants ont par ailleurs perdu tout courant électrique, selon l'entreprise CFE. Les Etats de Puebla, où l'épicentre du tremblement de terre a été situé, de Morelos et de Mexico, ainsi que la capitale Ciudad de Mexico, semblent principalement avoir été touchés. Des vidéos témoignant de la violence des secousses, d'explosions ou d'effondrements de bâtiments étaient publiées sur les réseaux sociaux. Sur des images publiées par des touristes naviguant sur des barques à Xochimilco, zone lacustre du sud de Mexico, on pouvait voir de fortes vagues se former sur ces canaux d'ordinaire calmes. Plusieurs institutions de la capitale, dont l'aéroport international de Mexico ou l'université nationale autonome de Mexico (Unam) ont annoncé sur leur compte Twitter la suspension de leurs activités pour inspecter les bâtiments. Les écoles à Mexico et à Puebla ont été évacuées et fermées. (Belga)