Défendre la sécurité sociale, c'est aussi veiller à l'avenir de la Belgique, souligne le Boulevard de l'Empereur. Le parti socialiste se dit particulièrement inquiet par les prises de position récentes de la N-VA dont celle de son président Bart De Wever qui a estimé que la Sécurité sociale constituait le seul département encore susceptible de mesures d'économies après que la Banque nationale a confirmé un déficit budgétaire de 6 milliards d'euros à l'horizon 2017. "Il est absolument nécessaire que le seul parti francophone du gouvernement, bien qu'il ne représente que 25% des électeurs, pèse de tout son poids dans la balance pour empêcher la N-VA de mettre en oeuvre son programme communautaire", a lancé mercredi le président du PS Elio Di Rupo. (Belga)

Défendre la sécurité sociale, c'est aussi veiller à l'avenir de la Belgique, souligne le Boulevard de l'Empereur. Le parti socialiste se dit particulièrement inquiet par les prises de position récentes de la N-VA dont celle de son président Bart De Wever qui a estimé que la Sécurité sociale constituait le seul département encore susceptible de mesures d'économies après que la Banque nationale a confirmé un déficit budgétaire de 6 milliards d'euros à l'horizon 2017. "Il est absolument nécessaire que le seul parti francophone du gouvernement, bien qu'il ne représente que 25% des électeurs, pèse de tout son poids dans la balance pour empêcher la N-VA de mettre en oeuvre son programme communautaire", a lancé mercredi le président du PS Elio Di Rupo. (Belga)