M. Pahor, un ancien Premier ministre social-démocrate, avait espéré une réélection au premier tour, que lui promettaient les sondages, mais n'avait pu rassembler que 47,10% des voix, sur fond d'abstention record, à plus de 55%. Quelque 1,7 million d'électeurs sont appelés aux urnes. Les premiers résultats seront connus dans la soirée après la fermeture des bureaux de vote à 19H00 (18H00 HB). Le chef d'Etat sortant, âgé de 54 ans, est opposé à un ex-comédien sans étiquette, Marjan Sarec, élu local de 39 ans qui a obtenu 24,93% des voix face à sept autres candidats, en faisant notamment campagne sur le rejet des élites. Borut Pahor est crédité de la victoire mais son avance dans les sondages le met à portée de son rival et "le taux de participation sera crucial", selon les observateurs, qui n'excluent pas une mauvaise surprise pour le favori en cas de démobilisation totale des électeurs. Le chef d'Etat sortant n'a pas ménagé sa peine pour battre le rappel, parcourant plus de 700 km à pied durant la campagne dans ce pays de 2 millions d'habitants, issu de l'ex-Yougoslavie et membre de l'Union européenne depuis 2004. Surnommé le "président Instagram", M. Pahor a cultivé pendant sa présidence une image de modernité et de proximité avec les citoyens, ce qui lui vaut d'être régulièrement qualifié de "populiste" par les commentateurs et ses adversaires. (Belga)

M. Pahor, un ancien Premier ministre social-démocrate, avait espéré une réélection au premier tour, que lui promettaient les sondages, mais n'avait pu rassembler que 47,10% des voix, sur fond d'abstention record, à plus de 55%. Quelque 1,7 million d'électeurs sont appelés aux urnes. Les premiers résultats seront connus dans la soirée après la fermeture des bureaux de vote à 19H00 (18H00 HB). Le chef d'Etat sortant, âgé de 54 ans, est opposé à un ex-comédien sans étiquette, Marjan Sarec, élu local de 39 ans qui a obtenu 24,93% des voix face à sept autres candidats, en faisant notamment campagne sur le rejet des élites. Borut Pahor est crédité de la victoire mais son avance dans les sondages le met à portée de son rival et "le taux de participation sera crucial", selon les observateurs, qui n'excluent pas une mauvaise surprise pour le favori en cas de démobilisation totale des électeurs. Le chef d'Etat sortant n'a pas ménagé sa peine pour battre le rappel, parcourant plus de 700 km à pied durant la campagne dans ce pays de 2 millions d'habitants, issu de l'ex-Yougoslavie et membre de l'Union européenne depuis 2004. Surnommé le "président Instagram", M. Pahor a cultivé pendant sa présidence une image de modernité et de proximité avec les citoyens, ce qui lui vaut d'être régulièrement qualifié de "populiste" par les commentateurs et ses adversaires. (Belga)