"Un comité a été créé car nous voulons utiliser l'argent de la manière la plus efficace possible dans les sauvetages en mer", a expliqué mardi un porte-parole de l'organisation à l'agence de presse allemande DPA. La somme récoltée ne sera pas destinée exclusivement à Sea-Watch, "nous voulons regarder ensemble là où c'est le plus nécessaire". Le comité regroupe des représentants d'organisations humanitaires et du réseau Seebruecke (Pont au-dessus de la mer), qui ?uvre au sauvetage de migrants en mer Méditerranée. Une partie des dons sera utilisée pour payer les frais judiciaires de Mme Rackete, qui a bénéficié d'une vague de solidarité après son arrestation en Italie. Elle y est poursuivie pour avoir forcé l'interdiction du gouvernement d'accoster sur les côtes italiennes afin de débarquer au port de Lampedusa son navire, le Sea-Watch 3, transportant des dizaines de migrants. La trentenaire est désormais libre mais doit toujours faire face à un procès en Italie. (Belga)

"Un comité a été créé car nous voulons utiliser l'argent de la manière la plus efficace possible dans les sauvetages en mer", a expliqué mardi un porte-parole de l'organisation à l'agence de presse allemande DPA. La somme récoltée ne sera pas destinée exclusivement à Sea-Watch, "nous voulons regarder ensemble là où c'est le plus nécessaire". Le comité regroupe des représentants d'organisations humanitaires et du réseau Seebruecke (Pont au-dessus de la mer), qui ?uvre au sauvetage de migrants en mer Méditerranée. Une partie des dons sera utilisée pour payer les frais judiciaires de Mme Rackete, qui a bénéficié d'une vague de solidarité après son arrestation en Italie. Elle y est poursuivie pour avoir forcé l'interdiction du gouvernement d'accoster sur les côtes italiennes afin de débarquer au port de Lampedusa son navire, le Sea-Watch 3, transportant des dizaines de migrants. La trentenaire est désormais libre mais doit toujours faire face à un procès en Italie. (Belga)